Les 51 anciens élèves de l'École pratique de Saint-Chamond, morts pour la France

 

 

Joannès BADOR

mort pour la France

 

 

Bador Joannes fiche MPLF


Joannès Bador était le fils de Jean Marcelin Bador et de Marceline née Thoully. Ses parents étaient employés de commerce et lui était cafetier.

Il résidait à Izieux en 1902, lors de son recensement. Il est alors signalé comme "vélocipédiste". Le conseil de révision, en 1902, décide d'ajourner son incorporation dans l'armée pour cause de "faiblesse".

Lorsqu'il fut mobilisé, il était marié. À l'annonce du décès de son mari, son épouse a cherché à connaître les circonstances de sa mort (voir correspondance ci-dessous).

comment est-il mort à la guerre ?

Joannès Bador avait le grade de sergent. Son régiment était le 238e d'Infanterie qui participa, dans l'Aisne, aux combats autour de Fontenoy. Le 20 septembre, cette unité est épuisée après sept jours de bombardement. Elle est relevée et envoyée au repos, mais immédiatement rappelée car l'adversaire effectue une attaque générale sur cette ligne de front. Le 238e R.I. reste huit jours sous les bombardements, perdant énormément de soldats. Une histoire de ce régiment évoque ces moments :

"Résolus à défendre, contre tout retour offensif de l’ennemi, nos tranchées dans lesquelles gisaient les corps de ceux qui nous avaient relevés et les morts allemands, on travailla toute la nuit. On se compta, le dernier chef de bataillon ayant été appelé à prendre le commandement d’un régiment voisin, il ne nous restait plus que trois officiers, des compagnies étaient réduites à vingt-cinq hommes. Des renforts nous parvinrent alors qu’on amalgama sous le feu de l’ennemi ; presque tous les officiers et sous-officiers furent pris dans la troupe.
Pendant huit jours, l’ennemi harcelé sans cesse se contentait de nous canonner, nous faisant subir chaque jour de nouvelles pertes. La fatigue devenait extrême chez tous ceux qui, depuis près d’un mois, combattant ou poursuivant sans trêve l’ennemi, étaient exposés à toutes les intempéries, sans couverture, sans toiles de tente, couverts d’un seul vêtement. Mais notre consigne était : «Nul n’a le droit de se plaindre ici.»" - source

Le sergent Joannès Bador est mort dans ces circonstances, à l'âge de 32 ans.

Diapositive1
Fontenoy, à l'ouest de Soissons, dans le département de l'Aisne

 

la commune de Fontenoy pendant la guerre

soldats à Fontenoy 1914-1918
soldats français à Fontenoy pendant la guerre (sans date)

 

Fontenoy 1915 soldat en perm
un militaire en permission et un habitant de Fontenoy, en 1915

 

correspondance d'après décès

avis de décès Bador
avis de décès adressé par le Régiment de Joannès Bador à la mairie d'Izieux
(archives municipales de Saint-Chamond)

 

réponse à la mère de Bador (1)

réponse à la mère de Bador (2)
réponse de l'autorité militaire au maire d'Izieux au sujet des circonstances du décès de Joannès Bador
(archives municipales de Saint-Chamond)

 

transcription

Le 23 octobre 1914

Le lieutenant-colonel Maillard, commandant le 238e [Régiment] d'Infanterie
à Monsieur le Maire d'Izieux, Loire

J'ai bien reçu la lettre de Madame Veuve Bador du 13 octobre, et je m'empresse de vous communiquer tous les renseignements que j'ai pu obtenir. Ils ne sont pas aussi détaillés que je l'aurais voulu, mais malheureusement depuis un mois et demi le Régiment n'a pas cessé d'être en ligne de feu ou dans les tranchées, d'où l'impossibilité matérielle de faire préciser par les Compagnies où leurs hommes ont été tués, blessés et inhumés.
Pour le sergent Bador Joannès, j'ai pu savoir qu'il avait été inhumé à la lisière du bois vers le tournant de la route montant de Fontenoy. Une croix marque l'emplacement de la sépulture.
Le capotal Teyssier de la 20e Compagnie connaît l'endroit exact et pourra s'il est nécessaire fournir des renseignements complémentaires, mais j'espère que la description ci-haut permettra de retrouver l'emplacement.
Recevez, Monsieur le Maire, l'assurance de mes sentiments distingués.

P.O. [pour ordre], le lieutenant adjoint au Chef de Corps
[signature] Colcombet (?)

adresse du caporal Teyssier (dans le civil)
Teyssier Victor
Faubourg Lacroix
Maison Laffond, Saint-Étienne

lettre du 27 sept 1914
lettre du soldat Fagnet (orthographe et syntaxe incertaines)

transcription

Fontenoy, le 24 septembre 1914, Aisne
Monsieur Joannon, Maire d'Izieux

Par ordre de M. Le Commandant du 238e [Régiment d'Infanterie], Maillard, je vous p... de faire le nécessaire auprès de Mme Bador, cafetier au Creux d'Izieux, que sont [sic] mari vient d'être tué d'un éclat d'obus.
En qualité de camarade, j'.... tenu à lui faire cet honneur de l'enterrer avec le camarade Bonnet d'Izieux. Nous avons réserver [?] l'endroit du corps où l'un jour l'on voudrait le transporter.
M. Joannon, je vous remercie.
Fagnet, 8 rue Gambetta, Saint-Chamond ; actuellement 238e de ligne, 19e Compagnie.

le café de Joannès Bador (?), à Izieux...

cours d'Izieux (1)
le café de la famille Bador était situé Cours d'Izieux ; peut-être celui de gauche, sur la photo ...?

cours d'Izieux (2)
le Cours d'Izieux, avant la guerre de 1914-1918

 

 

 

- retour à l'accueil