Le_Caravage_conversion_saint_Paul
Le Caravage (1571-1610), La conversion de Saint Paul, (1600),
chapelle Cesari, Santa Maria del Popolo (Sainte Marie du Peuple) à Rome


l'apôtre Paul, iconographie


Le Caravage est un peintre italien (1571-1610) qui prit ses distances avec les conceptions artistiques de la Renaissance répandues durant le XVIe siècle (prédominance de l'Antiquité, influence de Raphaël...). Il met en oeuvre un naturalisme dans ses compositions qui provoquent des effets dramatiques grâce à la puissance des oppositions de lumière. La peinture religieuse est ainsi renouvelée par les tableaux du Caravage.

  • L’essentiel de la peinture du Caravage est la présence massive du corps, révélée par le contraste de l’ombre et de la lumière, qui fait émerger la figure des ténèbres (David, 1605) : l’artiste révèle la face nocturne du monde, dans des mises en scène abruptes et obliques (La Conversion de saint Paul, 1600).

  • Même si les peintres - et notamment le Caravage - nous ont habitués à imaginer ainsi la scène, aucun des trois récits ne mentionne ou n’évoque un cheval du haut duquel le zélé persécuteur des chrétiens serait tombé en entendant le Christ s’adresser à lui.


Diapositive1
cliquer sur cette image pour l'agrandir et l'imprimer


Maître du clair-obscur, le Caravage révèle la divinité par un intense contraste lumineux. L’absence de symbole religieux autre et le réalisme du dessin confèrent au tableau ses caractéristiques baroques : goût du contraste, de la mise en scène, importance du sujet humain.


____________________________________________________



Riche face-à-face pour le Caravage

article du journal Le Monde


Les Romains et les touristes n'ont que deux semaines pour profiter d'un événement unique : la présentation des deux versions de La Conversion de saint Paul réalisées par le Caravage (1571-1610). Jusqu'au 25 novembre, les deux tableaux sont visibles pour la première fois ensemble dans l'église Sainte-Marie-du-Peuple, sur la place du même nom, à Rome.

C'est là qu'est exposée, depuis 1605, la Conversion la plus connue, oeuvre sur toile qui remplaça mystérieusement la Conversion initiale, réalisée sur bois. Cette première version, peu connue car passant entre les mains de collectionneurs privés depuis des siècles, en Espagne et en Italie, vient d'être restaurée par son propriétaire actuel, la famille romaine Odescalchi, qui l'a prêtée pour la durée de l'exposition.

Réalisées à trois ou quatre ans d'écart, les deux versions montrent un tournant dans l'oeuvre du Caravage. Les couleurs éclatantes de la première Conversion dénotent une influence maniériste, alors que la seconde est caractéristique de la lumière et de la vision de la réalité des dernières années du peintre.

Comme une photo au grand angle

La confrontation des oeuvres ouvre une question : pourquoi le Caravage a-t-il peint deux fois le sujet pour le même commanditaire ? La Conversion de saint Paul lui avait été commandée "sur bois de cyprès" par Tiberio Cerasi, le ministre du Trésor du pape Clément VIII, qui venait d'acquérir la chapelle. Ce même Cerasi avait aussi commandé au Caravage une Crucifixion de saint Pierre. Or ces deux tableaux sur bois ont été remplacés par leur version sur toile fin 1605.

Parce qu'ils ont été "refusés par le patron", comme l'a prétendu l'historien Giovanni Baglione, ennemi du Caravage ? Mais quel patron ? Tiberio Cerasi, mort en mai 1601, ou son exécuteur testamentaire, l'hôpital de la Consolation, qui paya les deux tableaux à l'artiste en novembre de la même année ? À cette époque, les travaux de l'architecte Carlo Maderno avaient à peine débuté dans la chapelle. "Au fur et à mesure de l'avancement, le Caravage a dû se rendre compte que les peintures ne seraient pas adaptées à l'espace pensé par Maderno", explique Rossella Vodret, surintendante du patrimoine historique et artistique du Latium et commissaire de l'exposition. En effet, le lieu étroit n'autorise aucun recul. Mme Vodret y voit la raison pour laquelle le Caravage a repris ses pinceaux : "L'effet obtenu par la seconde version correspond à une photo prise au grand angle à 1,5 mètre de distance", note-t-elle. La seconde version est plus facilement lisible que la première, surtout sans recul. Pour La Crucifixion de saint Pierre, sur le mur opposé, la confrontation avec la version sur bois est impossible : on en a perdu la trace.

Jean-Jacques Bozonnet
article paru dans l'édition du Monde du 14.11.06



- une étude biographique du peintre Michelangelo Merisi, dit le Caravage, par Lorenzo Pericolo, maître de conférence à l'université Rennes II-Haute Bretagne




la conversion de Paul, selon les Évangiles


Actes, 9 les Actes des Apôtres sont la suite de l'Évangile de Luc

9.1 - Cependant Saul, respirant encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur, se rendit chez le souverain sacrificateur,

9.2 - et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s'il trouvait des partisans de la nouvelle doctrine, hommes ou femmes, il les amenât liés à Jérusalem.

9.3 - Comme il était en chemin, et qu'il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui.

9.4 - Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait : Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ?

9.5 - Il répondit : Qui es-tu, Seigneur ? Et le Seigneur dit : Je suis Jésus que tu persécutes. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons.

9.6 - Tremblant et saisi d'effroi, il dit : Seigneur, que veux-tu que je fasse ? Et le Seigneur lui dit : Lève-toi, entre dans la ville, et on te dira ce que tu dois faire.

9.7 - Les hommes qui l'accompagnaient demeurèrent stupéfaits ; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne.

9.8 - Saul se releva de terre, et, quoique ses yeux fussent ouverts, il ne voyait rien ; on le prit par la main, et on le conduisit à Damas.

99 - Il resta trois jours sans voir, et il ne mangea ni ne but.
9.10

Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananias. Le Seigneur lui dit dans une vision : Ananias ! Il répondit : Me voici, Seigneur !

9.11

Et le Seigneur lui dit : Lève-toi, va dans la rue qu'on appelle la droite, et cherche, dans la maison de Judas, un nommé Saul de Tarse.

9.12

Car il prie, et il a vu en vision un homme du nom d'Ananias, qui entrait, et qui lui imposait les mains, afin qu'il recouvrât la vue. Ananias répondit :

9.13

Seigneur, j'ai appris de plusieurs personnes tous les maux que cet homme a faits à tes saints dans Jérusalem ;

9.14

et il a ici des pouvoirs, de la part des principaux sacrificateurs, pour lier tous ceux qui invoquent ton nom.

9.15

Mais le Seigneur lui dit : Va, car cet homme est un instrument que j'ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d'Israël ;

9.16

et je lui montrerai tout ce qu'il doit souffrir pour mon nom.

9.17

Ananias sortit ; et, lorsqu'il fut arrivé dans la maison, il imposa les mains à Saul, en disant : Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, qui t'est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m'a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli du Saint Esprit.

9.18

Au même instant, il tomba de ses yeux comme des écailles, et il recouvra la vue. Il se leva, et fut baptisé;

9.19

et, après qu'il eut pris de la nourriture, les forces lui revinrent. Saul resta quelques jours avec les disciples qui étaient à Damas.

9.20

Et aussitôt il prêcha dans les synagogues que Jésus est le Fils de Dieu.

9.21

Tous ceux qui l'entendaient étaient dans l'étonnement, et disaient : N'est-ce pas celui qui persécutait à Jérusalem ceux qui invoquent ce nom, et n'est-il pas venu ici pour les emmener liés devant les principaux sacrificateurs ?

9.22

Cependant Saul se fortifiait de plus en plus, et il confondait les Juifs qui habitaient Damas, démontrant que Jésus est le Christ.

9.23

Au bout d'un certain temps, les Juifs se concertèrent pour le tuer,

9.24

et leur complot parvint à la connaissance de Saul. On gardait les portes jour et nuit, afin de lui ôter la vie.

9.25

Mais, pendant une nuit, les disciples le prirent, et le descendirent par la muraille, dans une corbeille.

9.25

Lorsqu'il se rendit à Jérusalem, Saul tâcha de se joindre à eux ; mais tous le craignaient, ne croyant pas qu'il fût un disciple.

9.27

Alors Barnabas, l'ayant pris avec lui, le conduisit vers les apôtres, et leur raconta comment sur le chemin Saul avait vu le Seigneur, qui lui avait parlé, et comment à Damas il avait prêché franchement au nom de Jésus.

9.28

Il allait et venait avec eux dans Jérusalem, et s'exprimait en toute assurance au nom du Seigneur.

9.29

Il parlait aussi et disputait avec les Hellénistes ; mais ceux-ci cherchaient à lui ôter la vie.

9.30

Les frères, l'ayant su, l'emmenèrent à Césarée, et le firent partir pour Tarse.




http://interdenominationaldivineorder.com/gallery/paul.jpg
Michel-Ange, La conversion de Paul





Masaccio, Saint Paul
Masaccio,Saint-Paul, 1426 





http://www.hp.uab.edu/image_archive/ulj/mosaic33.jpg
Saint Paul, mosaïque de Ravenne






Saint Paul, mosaïque de Ravenne








- retour à l'accueil