AM_site_vue_d_ensemble


l'industrialisation dans la vallée du Gier :

Saint-Chamond



galerie_membre_montagne_vallee_gier
la vallée du Gier, vue depuis le massif du Pilat, en face les monts du Lyonnais

 

le Gier, une rivière

cartegier

Le Gier prend sa source près du Crêt de la Perdrix, dans les monts du Pilat. Il traverse plusieurs villes industrielles avant son confluent avec le Rhône près de Givors. Le Janon, qui passe près de la Chabure, est un affluent du Gier. Les villes principales de la vallée se trouvent sur le cours du Gier (de l’amont vers l’aval) : St-Chamond, L'Horme, La Grand-Croix, Lorette, Rive-de-Gier, Givors.



les Forges et Aciéries de la Marine

Compagnie des forges et aciéries de la Marine et des chemins de fer, issue en 1854 de la fusion de plusieurs entreprises métallurgiques, dont principalement les établissements Jackson frères et Hippolyte Petin, Gaudet et Cie, devenue en 1903 la Cie des forges et aciéries de la Marine et d'Homécourt, absorbée en 1953 dans la Cie des Ateliers et forges de la Loire (C.A.F.L.), puis en 1970 dans le groupe Creusot-Loire.

iconographie

AM_presse_600_tonnes
Aciéries de la Marine : chaudronnerie, presse de 600 tonnes


AM_grosse_forge_pilon_100_tonnes
grosse forge, pilon de 100 tonnes


AM_presse_6000_tonnes____
presse de 6000 tonnes


AM_pilon_100_tonnes
pilon de 100 tonnes


AM_atelier_de_trempe_des_blindages
Aciéries de la Marine : atelier de trempe des blindages
(trempe à l'huile d'une plaque de blindage à la sortie du four)

AM_atelier_forerie
atelier de forerie ; en haut et au centre, un pont roulant pouvant manoeuvrer les pièces ;
à gauche et à droite, les courroies transmettant l'énergie aux machines



AM_atelier_d_usinage_rayage_des_canons
atelier d'usinage, rayage des canons de petit calibre


AM_atelier_d_usinage_tournage_des_canons
atelier d'usinage, tournage des canons de gros calibre

AM_atelier_montage__tours_
atelier de montage, tours


AM_atelier_usinage
atelier d'usinage, machines-outils


AM_atelier_pr_cision
atelier de précision (au premier plan, le marbre)


AM_atelier_pyrotechnie
atelier de pyrotechnie


AM_Chaudronnerie
chaudronnerie, fabrication des canons d'artillerie


AM_fabrication_avant_trains
fabrication des avant-trains et des arrière-trains


AM_tour___plateau
tour à plateau


dossier : Michel Renard
professeur d'histoire

________________________________________________________



Les Forges et Aciéries de la Marine à Saint-Chamond, histoire de l'entreprise

La Compagnie des Hauts-Fourneaux, Forges et Aciéries de la Marine et des Chemins de Fer fut créée le 14 novembre 1854 : elle résultait de la fusion des établissements Jackson à Assailly Loire), des établissements Petin et Gaudet à Saint-Chamond (Loire) et Rive-de-Giers (Loire), de la société Neyrand-Thiollère, Bergeron et Compagnie de Lorette (Loire) et de la Société Parent, Schaken, Goldsmidt et Compagnie (Paris). Le siège de la compagnie fut installé à Rive-de-Giers puis à Saint-Chamond (9 novembre 1871).


Les centres d’implantation des usines de la compagnie s’étendirent progressivement : usines du Boucau (Pyrénées-Atlantiques) en 1881, d’Homécourt (Meurthe-et-Moselle) et du Haumont (Nord) en 1903, d’Onzion (Loire) en 1932. En 1903, la Compagnie prit le nom de Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt.
Après la guerre de 1914-1918, fut créée la Compagnie de Dépôts et d’Agences de Ventes d’Usines Métallurgiques (DAVUM), chargée des ventes de la compagnie en France (les ventes à l’étranger étant gérées par DAVUM Exportation).

Après la guerre de 1939-1945, de profondes transformations intervinrent dans les structures de la société : en 1950, elle apporta ses établissements de l’Est et du Nord à SIDELOR, concentrant de nouveau son activité dans la Loire.
En 1952, elle fusionna avec la Compagnie des Aciéries de Saint-Étienne pour donner naissance à la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et Saint-Étienne ; en 1954, elle s’associa avec les Etablissements Jacob Holtzer et avec l’Usine de la Loire et des Aciéries et Forges de Firminy, pour donner la Compagnie des Forges et Aciéries de la Loire.
En 1961, elle fusionna avec Firminy et prit le nom de Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine, Firminy et Saint-Etienne, qui devint finalement «Marine-Firminy» en 1968.  En mars 1970, Marine-Firminy, propriétaire de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Loire  (CAFL) s’associa à part égale avec Schneider, propriétaire de la Société des Forges et Ateliers du Creusot (SFAC), pour créer Creusot-Loire.

source : archives nationales

 

________________________________________________________

 

Les fabrications de guerre (1914-1918)

"M. Albert Thomas autorisait la semaine dernière la visite de plusieurs de nos grandes usines de guerre.
L'impression la plus vive fut peut-être celle que nous donna l'usine de Lyon, usine improvisée dans les bâtiments de l'exposition... Grâce à un outillage ultramoderne acheté en Amérique, le rendement atteint un chiffre considérable...
Au Creusot... la variété de fabrication est en quelque sorte illimitée : obus pour la Russie... obus à explosif de 75, projectiles d'artillerie lourde... De puissantes installations en cours d'achèvement permettront bientôt de fournir un nombre triple de certains gros obus...

À Saint-Chamond, "Les Forges et Aciéries de la Marine"... ont su adapter leur outillage à de nouvelles fabrications..."

in L'Illustration du 21 août 1916

180px_Albert_Thomas_02

 











Albert Thomas, ministre de l'Armement en 1916



-
retour à l'accueil