vendredi 27 mars 2009

option théâtre

de_4_Sous2



pourquoi avoir choisi l'option théâtre ?

les réponses de Silya et Phoebé, de Première ES

Le_Progr_s_27_mars_2009

Silya, Première ES
Je fais du théâtre depuis que je suis en 6e. Au début c'était pour m'amuser. Aujourd'hui, c'est une passion. Quand je me suis inscrite, je n'ai pas pensé au Bac et aux points que peut me rapporter l'option. C'était la continuité. Le théâtre m'apporte tellement de choses : la culture, la confiance en moi.

Phoebé, Première ES
Je fais du théâtre depuis que je suis au collège. C'est une source incroyable de culture. On s'enrichit parce que l'on voit plein de pièces. Sur scène, on se défoule. Le théâtre m'a appris à gérer mon stress et c'est une aide super à la prononciation. Au théâtre, on est obligé d'articuler et de poser notre voix.

Le Progrès, 27 mars 2009

Silya_et_Phoeb_

__________________________________________________





Pourquoi le théâtre ?


Peter BrookPeter_Brook
- Peter Brook dans l’Espace vide : «Pourquoi le théâtre ? Dans quel but ? Le théâtre est-il un anachronisme, une survivance bizarre qui reste debout comme un vieux monument, une habitude surannée ? […] Le théâtre occupe-t-il une place réelle dans nos vies ?».

Théâtre vivant
- On peut faire du théâtre pour deux raisons : pour aider les gens à réfléchir sur la condition humaine ou pour les aider à oublier.
On peut penser que l’existence apporte un lot de souffrances tel qu’il est préférable de s’en délester un peu, le temps d’un spectacle par exemple, pour ressentir une légèreté que la vie quotidienne ne nous apporte guère. On peut aussi, à travers le théâtre, s’interroger sur le sens de la vie, sur la nature de l’homme et croire que le théâtre nous aide à être plus libre, à démêler ce qui nous angoisse, ce qui nous empêche d’avancer. Deux directions opposées, toutes deux utiles et sans doute complémentaires.

"Pourquoi on a créé Théâtre vivant ?" - source


Théâtre "Grains de sable"
Pourquoi faire du théâtre ?
Hé, oui : lire des textes jusqu'à trouver le coup de foudre, apprendre apprendre apprendre le texte jusqu'à en être hanté la nuit, dire mille fois la même phrase jusqu'à ce qu'elle sonne juste, être enfermé même si les sirènes du large nous appellent, recommencer encore et encore, convaincre... Malgré TOUT ÇA, nous persistons à faire du théâtre, mais pourquoi ?

Pour éprouver le pouvoir des mots, explorer les dits mais surtout les non-dits, donner sens aux silences, donner sa voix aux mots d'un autre ?
Pour se perdre dans un labyrinthe jusqu'à ce qu'une lueur apparaisse, suivre ce fil, se battre pour le restituer, le perdre aussi pour s'entêter à le retrouver ?
Bien sûr, mais aussi pour devenir autre, ce n'est que le théâtre qui nous donne cette possibilité de vivre une autre vie, d'être celui qu'on n'aurait pas aimé être ou d'atteindre un jardin secret profondément enfoui.  C'est aussi retrouver notre enfance, la douce ou cruelle époque de "moi, j'étais, toi tu fais... Mais non, c'est pas ça !". L'ivresse d'être peu à peu habité par un être de papier qui s'incarne, prêter notre chair, notre corps, retrouver l'utilité, la nécessité du mouvement pour exprimer ses émotions, libérer ses émotions dans un monde de plus en plus uniforme qui nous demande d'être lisse. Faire du théâtre pour mieux se connaître, se perdre dans ses propres profondeurs qui feront écho à celles du spectateur, se frotter aux aspérités, aux dangers d'être soi sous le masque du personnage, finalement sentir notre humanité. N'est-ce pas pour cela que le théâtre fascine ?

Mais le théâtre c'est aussi  la rencontre, rencontre d'imaginaires qui se croisent et se répondent : auteur, comédiens, metteur en scène, spectateurs. Chaque spectacle est unique, trouvera des résonances différentes chez chacun, langage à la fois universel et intime qui nous bouleverse. Quelle étrangeté, lorsque nous sommes sur la scène que de sentir la présence réactive de cette masse qui nous épie, qui attend, qui mêle son souffle au nôtre ; quelle terrible angoisse aussi !
Nous faisons aussi du théâtre pour résister à la routine de la difficulté  d'être totalement soi, aux divertissements qui ne cherchent qu'à endormir la conscience, à la facilité de ne pas se remettre en question.
Théâtralement vôtre !!!

source

9782035050540FS

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 16:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


jeudi 26 mars 2009

à propos de "Désert" de J.M.G. Le Clézio

9782070376704




les contextes et espaces

de Désert, roman de J.M.G. Le Clézio



9782070376704FS


Le livre est composé de deux récits qui s'intercalent celui de Nour et des nomades (hommes bleus) du désert de la Seguiet el Hamra en 1909-1910, avec la figure du cheikh soufi Ma el Aïnine (1838-1910) ; et celui de Lalla dans les années 1960-70, sans que ces dates soient précisées.

______________________________________________



la Saguiet el Hamra

La Seguiet el Hamra est la province du nord du Sahara occidental. Ce dernier a été espagnol au temps de la colonisation.

vue_d_sert__1_


1801405582_f47344a0b0_d
sirocco au campement saharoui de Smara, photo © Eleleku (source)


carte_Sahara_occidental
carte du Sahara occidental (légende en langue espagnole)

carte_Sahara_occidental__2_
le Sahara occidental



______________________________________________



le désert du Sahara

Le Sahara s'étend sur tout le nord de l'Afrique.

puits___bascule
Sahara algérien, oasis de Tamentit

village_saharien_cpa_coloris_e
village saharien : carte postale ancienne colorisée





______________________________________________



histoire du Sahara marocain

La France a conquis l'Algérie à partir de 1830. Mais le Maroc voisin est dirigé par un sultan appelé Moulay. Au XIXe siècle, plusieurs puissances s'intéressent à cette région-: l'Angleterre, l'Espagne, l'Allemagne, et la France bien sûr. Le sultan Moulay Hassan (1873-1894) parvint à maintenir l'indépendance de son pays en jouant des rivalités entre ces puissances.

Il n'en va pas de même de son successeur, Moulay Abdellazziz (1894-1907) très attiré par les innovations occidentales et qui désorganisent l'administration traditionnelle.





- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]