samedi 21 janvier 2017

métaphore et périphrase, Michel Audiard

film dialogues Audiard

 

 

métaphore et périphrase,

Michel Audiard

 

 

 

- Mais attention, hein... J'ai bon caractère mais j'ai le glaive vengeur et le bras séculier. L'aigle va fondre sur la vieille buse.

- C'est chouette comme métaphore, non ?

- C'est pas une métaphore, c'est une périphrase.

- Oh, fais pas chier !

- Ça, c'est une métaphore.

dialogues de Michel Audiard

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 16 janvier 2017

calendrier liturgique chrétien

 

 

calendrier liturgique chrétien

 

 

Fetes chrétiennes010

 

liturg2

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 15 janvier 2017

Napoléon Bonaparte, vidéo

 

 

 

Napoléon Bonaparte, vidéo

 

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 12 janvier 2017

Napoléon Bonaparte, une vie (résumé)

Bonaparte premier consul, François Gérard, 1803
Bonaparte, premier consul, par François Gérard, 1803

 

 

Napoléon Bonaparte, une vie

résumé

 

Napoléon Bonaparte est né le 15 août 1769 à Ajaccio, en Corse.

[Formation militaire : lieutenant d'artillerie, puis capitaine, puis général en 1793. Partisan des idées révolutionnaires et républicaines. Proche de Robespierre. En octobre 1795, il protège le Directoire en réprimant au canon l'insurrection royaliste à Paris : 13 Vendémiaire]

En 1796, l’Angleterre et l’Autriche sont en guerre contre la France et Bonaparte prend la tête de l’armée d’Italie pour aller attaquer les Autrichiens qu’il bat à Lodi, Arcole et Rivoli.

Quant à l’Angleterre, il décide de l’attaquer en Égypte pour couper les routes commerciales vers les colonies anglaises des Indes. En 1798, Bonaparte gagne donc l’Égypte avec une armée, mais aussi des savants chargés d’étudier le pays. Cependant, la France connaît alors une grave crise politique, économique et sociale.

En 1799, Bonaparte revient à Paris et, le 18 Brumaire (9 novembre 1799), il chasse le gouvernement et prend le pouvoir : il devient Premier Consul puis, le 2 décembre 1804, il est sacré Empereur sous le nom de Napoléon Ier. Inquiets de l’ambition de Napoléon, les Anglais, les Russes et les Autrichiens déclarent la guerre à la France. Mais, le 2 décembre 1805, Napoléon remporte sur les armées austro-russes une grande victoire à Austerlitz.

En France, Napoléon réorganise l’administration et place des préfets à la tête des départements ; il crée en 1800 la Banque de France ; en 1802, la Légion d’honneur ; en 1803, une nouvelle monnaie, le franc ; en 1804, il fait publier le Code civil.

Cependant, l’Europe veut la chute de l’Empereur. Entre 1806 et 1814, Napoléon se bat contre les Prussiens, les Autrichiens, les Espagnols, les Russes, les Anglais.

En 1814, il doit abdiquer et partir en exil pour l’île d’Elbe, en Méditerranée.

Louis XVIII, un frère de Louis XVI, est rétabli sur le trône de France, mais il devient vite impopulaire. Le 1er mars 1815, Napoléon quitte l’île d’Elbe, revient à Paris et gouverne de nouveau au cours des Cent Jours, du 20 mars au 8 juillet 1815. Anglais, Russes, Prussiens et Autrichiens s’unissent contre Napoléon Ier et le battent en Belgique, à Waterloo.

L’Empereur se rend aux Anglais qui l’exilent sur l’île de Sainte-Hélène où il meurt le 5 mai 1821.

François Pernot, "Napoléon Bonaparte, une vie comme un roman...",
La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 24|2009, mis en ligne le 05 octobre 2009.
URL : http://histoire-cnrs.revues.org/9162

 

Bonaparte par Jacques-Louis David
Bonaparte, portrait inachevé, par Jacques-Louis David, 1798

 

Napoléon Bonaparte chrono 1769-1799

 

 

- retour à l'accuei

Posté par LCL42Histoire à 06:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 janvier 2017

la génération Z

Simon Sinek génération Z

 

 

la génération Z

autocentrée, impatiente, déconcentrée, accro aux réseaux sociaux :

portrait d'une génération qui n'arrive plus à trouver sa place

 

Le portrait est un peu effrayant. Comme si la génération Z était déjà perdue. Le regard que pose Simon Sinek sur les individus nés après 1994 est dur, mais il se veut constructif. La vidéo dans laquelle il intervient a été vue 30 millions de fois, un record sachant qu'elle dure 15 minutes. Une longueur rarement plébiscitée sur les réseaux sociaux qui, cette fois, semblent unanimes sur la qualité du discours.

L'homme, qui a écrit plusieurs ouvrages sur le management, commence par évoquer les «millenials» [individus nés autour du changement de millénaire : 1994-2012] en ces termes : narcissiques, déconcentrés, paresseux, impatients et égocentriques..., entre autres.

À première vue, ils sont dénués de qualités. La faute à des parents, qui, selon Simon Sinek, ont inculqué à leurs enfants qu'ils étaient «spéciaux», à défaut de leur apprendre la valeur du travail ou du dépassement de soi-même, par exemple.

Résultat, continue l'orateur, la génération Z ne parvient pas à s'épanouir dans le monde du travail. Elle est comme inadaptée, traversée par des désirs irréalistes qui, dans le pire des cas, nourrissent une insatisfaction chronique. (...)

Mégane Chiecchi
Le Point, 2 janvier 2017

 

 


Les millenials : portrait sombre d'une nouvelle... par LePoint

 

 

  • sur dailymotion

http://www.dailymotion.com/video/x56vkhr_les-millenials-portrait-sombre-d-une-nouvelle-generation_news#tab_embed

 

http://dai.ly/x56vkhr

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 07:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


dimanche 27 novembre 2016

bilan Révolution et Empire

 

 

 

bilan Révolution et Empire

1789-1815

 

 

bilan politique Révol Empire

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 2 novembre 2016

cartographie, projections

 

brouillon

Géographie :

les cartes et le langage cartographique

 

 

 

I - Définitions

 

a) définition générale : représentation graphique conventionnelle de données concrètes (relief...) ou abstraites (agrégats économiques, flux...) localisées sur le globe terrestre.

 

b) définition plus technique : représentation fondée sur un langage (système de signes codés) qui construit une image analogue d'un espace(il existe une relation immédiate, intuitive entre la carte et le terrain, une proportionnalité entre les longueurs, celles de la réalité et celles de la carte).

  • vidéo 1 : représenter la Terre et la cartographier.

 

 

 

I - La projection cartographique
Représenter une sphère sur une surface plane et rectangulaire déforme nécessairement l'espace terrestre. Cela s'appelle une projection cartographique.

1) la projection de Mercator (1565)

 

projection Mercator et déformation longitudes

la longitude est la distance entre deux méridiens

 

projection Mercator centrée sur l'Amérique

projection Mercator centrée sur l'Amérique

 

 

Cette projection est dite cylindrique car elle consiste à projeter tout point du globe terrestre, assimilé à une sphère, sur un cylindre tangent à l'Équateur.

 

cylindre Mercator

 

Après une telle projection, si on développe le cylindre (on le "déroule"), les parallèles, cercles de la sphère parallèles au plan de l'équateur, projetés auront tous la même longueur.

Ce qui est ennuyeux pour une bonne conformité, car plus la latitude est élevée, plus les parallèles sont "petits". La projection conduit alors à une représentation d'autant plus aplatie et étirée que la latitude est élevée, c'est-à-dire en se rapprochant des pôles.

 

  • vidéo 2 : la projection cartographique.

 

 

vidéo 3 : la déformation subie par l'usage du cylindre pour porter sur une surface plane le globe terrestre.

 

 

 

vidéo 4 : la projection cartographique et ses méthodes.

 

 

 

1) la projection de Peters (1973)

 

 

projection de Peters ou Gall-Peters

 

 

La projection de Peters, ou projection de Gall-Peters d'après James Gall (1808-1895) et Arno Peters (1916-2002), est une projection cartographique qui, contrairement à celle de Mercator, tente de prendre en compte la taille réelle des continents.

Elle maintient la proportion entre les surfaces sur la carte et les surfaces réelles : l’Afrique apparaît bien 14 à 15 fois plus grande que le Groenland.

Mais cette carte ne garde pas les bonnes formes des continents au contraire de la carte de Mercator.

Néanmoins, ce type de cartographie permet de mettre en avant les pays dits du Sud contrairement à celle de Mercator qui promeut une certaine hégémonie des pays de l’hémisphère Nord en fournissant de fausses informations géographiques : l’Amérique du Sud qui semble beaucoup plus petite que le Groenland alors qu’elle est en réalité 7 à 8 fois plus grande ou encore l’Afrique qui apparaît comme étant deux fois plus petite que la Russie alors qu’elle le dépasse par près de deux fois en superficie.

La projection de Peters est donc souvent utilisée en géographie pour étudier les pays du Tiers-Monde et permet d’éviter la vision parfois jugée trop colonialiste de la projection de Mercator.

 

  • vidéo 5 : la projection Mercator et celle de Peters.

 

 

 

Posté par LCL42Histoire à 06:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 29 octobre 2016

la mesure de la circonférence terrestre par Eratosthène (IIIe siècle av.)

Diapositive1

 

 

 

la mesure de la circonférence terrestre

par Eratosthène (276-194 av.)

 

 

 

 

schéma 2

 

 

schéma 3
source

 

 

La Terre était déjà considérée comme sphérique au IVe siècle. Aristote l'avait démontré de manière pratique, en observant notamment les bateaux disparaître au loin. Mais Ératosthène en fit la démonstration en mesurant sa circonférence de manière purement géométrique.

Ératosthène (276-194 av. J.-C.) avait remarqué qu'au solstice d'été, le 21 juin, le soleil arrivait directement à la verticale dans un puits de la ville de Syène, située sur le tropique du Cancer : le puits était donc parfaitement éclairé.

Or, au même moment, à Alexandrie, un obélisque formait une ombre : le soleil n'était donc pas à la verticale en ce lieu. Ératosthène calcula que l'écart était de 7,2°. Connaissant la distance entre les deux villes, il calcula la circonférence terrestre à 250 000 stades, soit environ 39 375 km (40 075 km mesurés aujourd'hui), soit une marge d'erreur de 3 % !

source (après correction de date)

 

 

voir aussi

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 31 août 2016

accès à l'ENT (Environnement Numérique de Travail)

ENT lycée Claude Lebois

 

 

accès à l'ENT

(Environnement Numérique de Travail)

 

 

 * cliquer sur le lien ci-dessous :

http://claude-lebois.elycee.rhonealpes.fr/

 

ENT lycée Claude Lebois

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 28 août 2016

L'est et le nord de la France ne se sont pas remis de la crise

Mouthe village du Doubs
Mouthe, village du Doubs (Franche-Comté)

 

 

L'est et le nord de la France

ne se sont pas remis de la crise de 2008

 

 

En France, les inégalités territoriales restent forte et le PIB régional varie fortement.

L'Île-de-France : première de la classe, sans surprise ! C'est la région qui a le mieux supporté la crise de 2008 selon l'Insee. Son PIB a augmenté de 7 % en valeur entre 2008 et 2013.

L'Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) arrivent également à sortir la tête de l'eau. La première a su se relever grâce à une industrie dynamique. La région Paca, quant à elle, se distingue avec ses activités de transport et d'entreposage.

Globalement, le PIB est revenu à son niveau d'avant crise pour la majorité des régions françaises.

Cependant, certaines sont à la peine. La Bourgogne-Franche-Comté est la région qui a le plus subi les difficultés économiques, avec une chute de 1 % de PIB par an, en moyenne, entre 2008 et 2013.

Quant aux régions Grand Est (Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine) et Hauts-de-France (Picardie et Nord-Pas-de-Calais), elles ne sont toujours pas remontées à leur niveau d'avant 2008.

Depuis la fin de la crise, les PIB régionaux par habitant de ces trois zones ne dépassent pas 26 800 euros, alors que la moyenne française est à 32 100 euros.

Les inégalités territoriales restent fortes : le PIB régional va de 8000 euros par habitant à Mayotte à 53.600 euros par habitant en Île-de-France. La concentration des activités à productivité apparente élevée (finance, information et communication) - et donc à hauts salaires - explique la richesse de l'Île-de-France, dont le PIB par emploi est supérieur de 30 % à la moyenne nationale (105.300 euros contre 70.300 euros).

Julia Blancheton
lefigaro.fr économie
12 juillet 2016
source

 

1 - Pib : produit intérieur brut = valeur totale de la production de richesse effectuée par les agents économiques résidant à l’intérieur d'un territoire, en l'occurence les régions françaises.

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]