dimanche 10 décembre 2006

Population mondiale - références




Population mondiale - références



 

__________________

 

2015

 

1) données statistiques

 

pop mondiale 17 août 2015 à 18 h 2
population mondiale : résultats statiques le lundi 17 août 2015 à 18 h 27

 

- résultats en évolution sur le site worldometers.

 

pays les plus peuplés 17 août 2015 à 19 h 20
pays les plus peuplés du monde : résultats statiques le lundi 17 août 2015 à 19 h 20

 

- résultats en évolution sur le site worldometers.

 

 

2) répartition

 

répartition pop mondiale 2011
répartition de la population mondiale en 2011 (source)

 

 

3) évolution

 

évolution population mondiale jusqu'en 1900
évolution des population européenne et mondiale jusqu'en 1900 (source)

 

 

évolution population mondiale de 5 M à 6 MM
évolution de la population mondiale sur 12 000 ans (source image, pas chiffres)

 

* Sur ce graphique, la première date sur l'axe des ordonnées, à droite, est : 1800.

 

 

__________________

 

2005

 

 

Diapositive1
cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

Diapositive2
cliquer sur l'image pour l'agrandir






- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


samedi 9 décembre 2006

Lecture comparée de deux tableaux religieux

Diapositive1



Lecture comparée

de deux tableaux religieux



quarton4
Pietà de Villeneuve-Lez-Avignon, Enguerrand Quarton, 1445



http://img350.imageshack.us/img350/1430/trjca346wi281ta1577pradomadryt.jpg
Sainte Trinité, El Greco, 1577-79


__________________________________________________________________


autres reproductions

Pieta_GrandLouvre_p


http://www.beloit.edu/~classics/main/courses/fyi2000/museum/renaissance/Pieta-GrandLouvre(p.26)LargerImage.jpg


IN164pieta_AvignonBST



http://www.enguerrandquarton.com/photos/Pieta%20gd.JPG



Cliquez sur l'image pour l'agrandir





__________________________________________________________________

autres piétàs


JPEG - 41 ko
Robert Campin (peintre flamand, 1378-1445), Trinité, Trône de grâce

 


http://www.ibiblio.org/wm/paint/auth/weyden/pieta.jpg
Van der Weyden, Piétà, 1450

 

pieta
Le Pérugin, Piétà, 1494-95



Sandro Botticelli: Pietà
Sandro Botticelli, Piétà, 1495


 Pieta by Michelangelo
Michel-Ange, Piétà,1499



http://www.initaly.com/regions/veneto/pix/bellini/pieta.jpg
Giovanni Bellini, Piétà, 1505




del_sarto_pieta
Andrea del Sarto, Piétà, 1523






el_greco_pieta
El Greco, Pietà, 1587-97










- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 01:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 8 décembre 2006

Patriotisme et nationalisme français

Diapositive1
cliquer sur l'image pour l'agrandir


définitions


nation


nationalité



nationalisme

la conception du nationalisme s'est modifiée au cours du XIXe siècle, passant d'un "nationalisme ouvert" (le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes) à un nationalisme dit "fermé" (un patriotisme exacerbé, affirmant la primauté de la défense des valeurs nationales et des intérêts nationaux).

      




patrie


patriotisme



________________________________________________________________



L'Alsace est-elle allemande ou française ?

réponse à M. Mommsen, professeur à Berlin

par Fustel de Coulanges (27 octobre 1870)

Fustel


(…) Le principe de nationalité n'est pas, sous un nom nouveau, le vieux droit du plus fort. Comprenons-le tel qu'il est compris par le bon sens de l'Europe.

Que dit-il relativement à l'Alsace ? Une seule chose : c'est que l'Alsace ne doit pas être contrainte d'obéir à l'étranger. Voulez-vous maintenant que nous cherchions quel est l'étranger pour l'Alsace ? Est-ce la France, ou est-ce l'Allemagne ? Quelle est la nationalité des Alsaciens, quelle est leur vraie patrie ? Vous affirmez, monsieur, que l'Alsace est de nationalité allemande. En êtes-vous bien sûr ? Ne serait-ce pas là une de ces assertions qui reposent sur des mots et sur des apparences plutôt que sur la réalité? Je vous prie d'examiner cette question posément, loyalement : à quoi distinguez-vous la nationalité ? à quoi reconnaissez-vous la patrie ?

Vous croyez avoir prouvé que l'Alsace est de nationalité allemande parce que sa population est de race germanique et parce que son langage est l'allemand. Mais je m'étonne qu'un historien comme vous affecte d'ignorer que ce n'est ni la race ni la langue qui fait la nationalité.

Ce n'est pas la race : jetez en effet les yeux sur l'Europe et vous verrez bien que les peuples ne sont presque jamais constitués d'après leur origine primitive. Les convenances géographiques, les intérêts politiques ou commerciaux sont ce qui a groupé les populations et fondé les États. Chaque nation s'est ainsi peu à peu formée, chaque patrie s'est dessinée sans qu'on se soit préoccupé de ces raisons ethnographiques que vous voudriez mettre à la mode. Si les nations correspondaient aux races, la Belgique serait à la France, le Portugal à l'Espagne, la Hollande à la Prusse ; en revanche, l'Écosse se détacherait de l'Angleterre, à laquelle elle est si étroitement liée depuis un siècle et demi, la Russie et l'Autriche se diviseraient en trois ou quatre tronçons, la Suisse se partagerait en deux, et assurément Posen se séparerait de Berlin. Votre théorie des races est contraire à tout l'état actuel de l'Europe. Si elle venait à prévaloir, le monde entier serait à refaire.

La langue n'est pas non plus le signe caractéristique de la nationalité. On parle cinq langues en France, et pourtant personne ne s'avise de douter de notre unité nationale. On parle trois langues en Suisse ; la Suisse en est-elle moins une seule nation, et direz-vous qu'elle manque de patriotisme ? D'autre part, on parle anglais aux États-Unis ; voyez-vous que les États-Unis songent à rétablir le lien national qui les unissait autrefois à l'Angleterre? Vous vous targuez de ce qu'on parle allemand à Strasbourg ; en est-il moins vrai que c'est à Strasbourg que l'on a chanté pour la première fois notre Marseillaise ?

Ce qui distingue les nations, ce n'est ni la race, ni la langue. Les hommes sentent dans leur cœur qu'ils sont un même peuple lorsqu'ils ont une communauté d'idées, d'intérêts, d'affections, de souvenirs et d'espérances. Voilà ce qui fait la patrie.Voilà pourquoi les hommes veulent marcher ensemble, ensemble travailler, ensemble combattre, vivre et mourir les uns pour les autres.

La patrie, c'est ce qu'on aime. Il se peut que l'Alsace soit allemande par la race et par le langage ; mais par la nationalité et le sentiment de la patrie elle est française. Et savez-vous ce qui l'a rendue française ? Ce n'est pas Louis XIV, c'est notre Révolution de 1789. Depuis ce moment, I'Alsace a suivi toutes nos destinées ; elle a vécu de notre vie. Tout ce que nous pensions, elle le pensait ; tout cc que nous sentions, elle le sentait. Elle a partagé nos victoires et nos revers, notre gloire et nos fautes, toutes nos joies et toutes nos douleurs. Elle n'a rien eu de commun avec vous. La patrie, pour elle, c'est la France. L'étranger, pour elle, c'est l'Allemagne.

(…) Vous êtes, monsieur, un historien éminent. Mais, quand nous parlons du présent, ne fixons pas trop les yeux sur l'histoire. La race, c'est de l'histoire, c'est du passé. La langue, c'est encore de l'histoire, c'est le reste et le signe d'un passé lointain. Ce qui est actuel et vivant, ce sont les volontés, les idées, les intérêts, les affections. L'histoire vous dit peut-être que l'Alsace est un pays allemand ; mais le présent vous prouve qu'elle est un pays français. Il serait puéril de soutenir qu'elle doit retourner à l'Allemagne parce qu'elle en faisait partie il y a quelques siècles. Allons-nous rétablir tout ce qui était autrefois ? Et alors, je vous prie, quelle Europe referons-nous ? celle du XVIIe siècle, ou celle du XVe, ou bien celle où la vieille Gaule possédait le Rhin tout entier, et où Strasbourg, Saverne et Colmar étaient des villes romaines ?

Soyons plutôt de notre temps. Nous avons aujourd'hui quelque chose de mieux que l'histoire pour nous guider. Nous possédons au XIXe siècle un principe de droit public qui est infiniment plus clair et plus indiscutable que votre prétendu principe de nationalité. Notre principe à nous est qu'une population ne peut être gouvernée que par les institutions qu'elle accepte librement, et qu'elle ne doit aussi faire partie d'un État que par sa volonté et son consentement libre. Voilà le principe moderne. Il est aujourd'hui l'unique fondement de l'ordre, et c'est à lui que doit se rallier quiconque est à la fois ami de la paix et partisan du progrès de l'humanité. Que la Prusse le veuille ou non, c'est ce principe-là qui finira par triompher. Si l'Alsace est et reste française, c'est uniquement parce qu'elle veut l'être. Vous ne la ferez allemande que si elle avait un jour quelques raisons pour vouloir être allemande.



Qu'est-ce qu'une nation ?

Conférence prononcée à la Sorbonne, le 11 mars 1882,

par Ernest Renan



Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis. L'homme, messieurs, ne s'improvise pas. La nation, comme l'individu, est l'aboutissant d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouements. Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j'entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale. Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. On aime en proportion des sacrifices qu'on a consentis, des maux qu'on a soufferts. On aime la maison qu'on a bâtie et qu'on transmet. Le chant spartiate : "Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes" est dans sa simplicité l'hymne abrégé de toute patrie. Dans le passé, un héritage de gloire et de regrets à partager, dans l'avenir un même programme à réaliser ; avoir souffert, joui, espéré ensemble, voilà ce qui vaut mieux que des douanes communes et des frontières conformes aux idées stratégiques ; voilà ce que l'on comprend malgré les diversités de race et de langue. je disais tout à l'heure : "avoir souffert ensemble" ; oui, la souffrance en commun unit plus que la joie. En fait de souvenirs nationaux, les deuils valent mieux que les triomphes, car ils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun.

Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L'existence d'une nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours, comme l'existence de l'individu est une affirmation perpétuelle de vie. Oh! je le sais, cela est moins métaphysique que le droit divin, moins brutal que le droit prétendu historique. Dans l'ordre d'idées que je vous soumets, une nation n'a pas plus qu'un roi le droit de dire à une province . "Tu m'appartiens, je te prends." Une province, pour nous, ce sont ses habitants ; si quelqu'un en cette affaire a droit d'être consulté, c'est l'habitant. Une nation n'a jamais un véritable intérêt à s'annexer ou à retenir un pays malgré lui. Le voeu des nations est, en définitive, le seul critérium légitime, celui auquel il faut toujours en revenir.








- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 6 décembre 2006

L'école d'Athènes, iconographie

-1




L'école d'Athènes, iconographique



I) fiche d'identité de l'oeuvre

- L'école d'Athènes, 1509-1510

- artiste :  Raffaello Santi, appelé aussi Sanzio (Raphaël), ne en 1483 mort en 1520

- commanditaire :  le pape Jules II

- localisation : Rome, Chapelle Sixtine au Vatican, Chambre de la Signature

- matériaux : fresque peinte

 

II) vues d'ensemble et de détail

Raphael_Ecole_Athenes



platon-détail-de-l-école-d-athènes-de-raphaël
Platon


aristote-raphael-ecole-d-athenes
Aristote


75281895
Diogène le Cynique

 

SocrateRRR
Socrate et son auditoire


xenophon-ecole-d-athenes-raphael
Xénophon, à la gauche d'Alcibiade


Zénon
Zénon


epicure_raphael
Épicure


Averroes-et-Pythagore
Averroès


75282094
Pythagore


Parménide
Parménide


75282052
Héraclite


euclidedetailecoleathenes_460
Euclide et ses élèves


75285604
avec des sphères, Zoroastre et Ptolémée


Ad-Raphael
Raphaël et Sadoma

 

ME0000073201_3

 


Héraclite

 

 


à droite, Socrate



III) l'identification des personnages

1) une description

L’école d’Athènes met en scène les philosophes de l’antiquité entourés de leurs disciples. Au centre du tableau se trouvent Platon (index tendu vers le plafond) et Aristote. À leur gauche Socrate instruit un groupe de jeunes athéniens. À l’extrême gauche du tableau Épicure est plongé dans la lecture d’un livre en s’appuyant sur une colonne.
Au premier plan sur la gauche Pythagore écrit ses théorèmes. Le personnage accoudé au premier plan central représente certainement Michel-Ange. On ignore si celui-ci a été intégré à la composition à la demande du pape ou si Raphaël a souhaité rendre hommage à son rival qui travaillait à ce moment là sur le plafond de la chapelle Sixtine.
Le personnage avachi sur les marches représente Diogène, fondateur de l’école cynique, méprisant les conventions et les apparences. Le groupe à droite entoure Euclide qui fait une démonstration sur une ardoise à l’aide d’un compas. Derrière lui, les astronomes Zoroastre et Ptolémée tiennent les sphères céleste et terrestre. Tout à fait à droite, le jeune homme qui regarde le spectateur n’est autre que Raphaël qui s’est placé lui-même au milieu des personnages.
Cet ajout de personnages divers est un apport moderne que fait Raphaël à la tradition qui se serait limitée à la seule représentation des 7 philosophes qui font le sujet du tableau. Il réussit à créer une scène équilibrée tout en prenant certaines libertés avec la symétrie de la composition.

source

2) une identification de 17 personnages

ecoled_athenes1
L'école d'Athènes

1 Épicure (-341-270), Grec, "Le plaisir est le souverain bien"
2 Averroès (+1126-1198) Arabe, humaniste
3 Zenon de Citium (-335-264), Grec, fondateur du stoïcisme
4 Alcibiade (-450-404), Grec, général et politicien
5 Pythagore (-600), Grec, mathématicien
6 Xénophon d'Athènes (515-450), Grec, auteur d'une biographie sur Socrate
7 Socrate (-470-399), Grec, Pas d'écrits, connu par les dialogues de Platon, enseigne par l'interrogation
8 Parménide (-515-450), Grec, Première théorie de l'être en occident
9 Héraclite (-540-480), Grec, Membre de famille royale, philosophe du devenir, s'oppose au philosophies de Platon, Zénon et Parménide
10 Platon (-430-348), Grec, père de la philosophie occidentale, fondateur de l'académie d'Athènes
11 Aristote (-384-322), Grec, fils de médecin du roi Philippe, fondateur de l'école Péripatéticienne
12 Diogène le Cynique (-431-323), Grec, méprisait les hommes, logeait dans un tonneau
13 Zoroastre (-700), Iranien, institue la caste des mages, enseigne le dualisme
14 Euclide le Socratique (-450-380), Grec, auteur de la théorie des Idées développées par Platon
15 Ptolémée  (+200), Grec, astronome (plaçait la terre au centre de l'univers fixe)
16 Raphaël (+1483-1520), Italien, peintre de la fresque "École d'Athènes"
17 Le Sodoma Giovanni Bazzi (+1477-1549), Italien, peintre

source de ce travail (corrigé)

 

3) pour une identification complète

Diapositive1
cliquer sur l'image pour l'agrandir (et l'imprimer)

Le tableau de Raphaël met en scène la philosophie et le savoir scientifique apparus dans la Grèce ancienne et quelques-uns des continuateurs de cette sagesse.
Il montre les savants mais aussi leur public. Les premiers sont identifiables, les seconds  moins cernables voire même anonymes. Par ailleurs, tous les personnages ne sont pas reconnus avec certitude. Deux, parfois trois, suppositions sont formulées pour un même individu.

1 - Platon (427-347), montre le ciel ou monde des idées, il tient le Timée dans sa main gauche
2 - Aristote (384-322), désigne le monde de l'expérience terrestre, il tient l'Éthique dans sa main gauche
3 - Socrate (470-399), fondateur de la tradition philosophique occidentale, n'a laissé aucun écrit
4 - Eschine (389-314), orateur athénien, l'un des dix orateurs attiques - ou Alcibiade
5 - Xénophon (426-355) - ou Antisthène (444-365), fondateur de l'école cynique
6 - Alcibiade (460-404), stratège - ou Alexandre le Grand (356-323)
7 - personnage saluant l'arrivée d'un ami [Gorgias de Léontine (483-375), maître de rhétorique, sophiste] dont la tête seule et une main levée apparaissent derrière la figure n° 9
8 - personnage (Eschine ?) semblant accueillir un nouvel arrivant ; ce serait Critias d'Athènes (460/450-403), homme politique et philosophe, a critiqué les mythes comme des histoires destinées à asservir les hommes, passe pour athée
9 - personnage porteur d'un livre et d'un manuscrit, semble arriver en courant : Diagoras de Melos (chassé d'Athènes en 415 - mort vers 400), disciple de Démocrite, a critiqué les mystères d'Eleusis et passe pour athée
10 - Zénon d'Élée (490-?) - ou Zénon de Citium (335-262), fondateur de l'école des Stoïciens
11 - Épicure (342-270), fondateur de l'épicurisme (vivre en accord avec la nature ; atomisme, sensualisme)
12 - Averroès (Ibn Ruchd) (1126-1198), philosophe musulman né à Cordoue, commentateur d'Aristote
13 - Pythagore (570-480), philosophe présocratique, inventeur du mot "philosophie"
14 - Anaximandre (610-545), présocratique, maître de l'école de Milet - ou Empédocle (490-435) - ou Boèce (480-525), philosophe latin né à Rome
15 - Télaugès (Ve siècle av.), fils de Pythagore
16 - Hypatie d'Alexandrie (370-415), mathématicienne et philosophe, dirigeait l'école néo-platonicienne d'Alexandrie - ou Francesco Maria Ier della Rovere (1590-1538), condottiere, duc d'Urbin
17 - Parménide (fin VIe-mi Ve s. av), philosophe présocratique
18 - Héraclite (576-480), philosophe présocratique
19 - Diogène le Cynique (404-323, ou 413-327)
20 - étudiant ou assistant d'Euclide ou d'Archimède
21 - étudiant ou assistant d'Euclide ou d'Archimède
22 - étudiant ou assistant d'Euclide ou d'Archimède
23 - étudiant ou assistant d'Euclide ou d'Archimède
24 - Euclide (325-265), mathématicien, auteur des Éléments - ou Archimède de Syracuse (287-212), physicien et mathématicien, entouré d'étudiants
25 - Ptolémée (90-168), né en Haute-Égypte, astronome, géographe, tient une sphère terrestre dans sa main gauche
26 - Giovanni Antonio Bazzi, dit Sodoma (1477-1549), peintre, ami de Raphaël
27 - Raphaël (1483-1520)
28 - Zoroastre (vers 600 av.), fondateur de l'ancienne religion de la Perse, tient une sphère céleste dans la main droite - ou Strabon (57 av.-21/25 ap.), géographe grec, dialoguant avec Ptolémée
29 - Empédocle (490-435), parmi un groupe de  trois personnages, tient un bâton dans sa main droite, disciple de Pythagore et d'Héraclite
30 - Plotin (205-270), fondateur du néoplatonisme, auteur des Ennéades
31 - personnage semblant lire par-dessus l'épaule de son voisin ; ce serait Pyrrhon d'Elis, (365-275) philosophe sceptique (on doit douter de tout), fondateur du pyrrhonisme
32 - jeune étudiant prenant des notes
33 - Aristippe de Cyrène (380-300), philosophe hédoniste
34 - disciple d'Aristote
35 - Théophraste de Lesbos (372-288), successeur d'Aristote à la tête du Lycée
36 - vus de dos, deux personnages non identifiés
37 - groupe de 5 personnages ; le premier serait Eudème de Rhodes (370-300), disciple d'Aristote
38 - groupe de 5 personnages dont le premier est Xénocratès de Chalcédoine (396-314), disciple de Platon et troisième recteur de l'Académie après la mort de Platon-; le deuxième Menexène, jeune homme interlocuteur de Socrate dans un dialogue de Platon ; le troisième Speusippe (407-339), neveu de Platon et premier recteur de l'Académie après Platon
39 - personnage non identifié

M. Renard

4) d'autres identifications des personnages

Sanzio_Scuola_di_Atene
vue éclaircie du tableau (source)

- un diagramme de l'université du Québec à Montréal

- un repérage interactif : The New Banner Institute, Inc

IV) la composition du tableau

 

-1

F : point de fuite
_______  : ligne d'horizon (en bleu)
______   : lignes de fuite (en rouge)




________________________________________________________________________

 

une étude de la perspective : source

 

75299668
le tableau sans repères

 

75297528
la symétrie



composition
le pont de fuite, au centre

 

Diapositive1
des lignes qui convergent en utilisant les corniches



Diapositive1
des lignes qui convergent en utilisant le pavage du sol

 

Diapositive1
série de cercles placés autour de la scène, accentuant la profondeur



M. Renard
professeur d'histoire

- un lien vers une autre analyse :

http://www.cineclubdecaen.com/peinture/peintres/raphael/ecoledathenes.htm

 

_____________________________________________

Un visiteur de votre blog "Profs d'Histoire lycée Claude Lebois" a souhaité vous contacter via le lien 'Contactez l'auteur' présent sur votre blog.

Voici son message :

École d'Athènes : conservez !!

Bonjour, félicitations à tous, j'ai trouvé la seule page du Web capable de décrire l'École d'Athènes exhaustivement.
Merci, et SURTOUT : conservez cette page accessible, même dans 10 ans, elle est la plus précieuse de toutes celles que j'ai visitées.

Jean-Claude Syre
31 janvier 2010


 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 07:03 - - Commentaires [38] - Permalien [#]

mardi 5 décembre 2006

correction du contrôle sur la naissance du christianisme

Diapositive1



correction du contrôle

sur la naissance du christianisme



contr_le_Christianisme_2e
documents accompagnant le contrôle
(cliquer dessus pour agrandir)




Questions

1-a) Présentez ce document : source, auteur, nature du texte, date…
1-b) Qu'est-ce que la "fête des pains sans levain" ?
1-c) Que veut dire "pascal" ?
1-d) Pourquoi Jésus veut-il célébrer la Pâque ?
1-e) Dans quelle cérémonie ces gestes et paroles sont-ils aujourd'hui reproduits ? Comment s'appelle-t-elle ?
1-f) De quelle "Alliance" s'agit-il ?
1-g) Qu'est-ce que la "rémission" ?
2) Quelle est la signification de ce symbole ?
3) Que veulent dire les quatre lettres à gauche et à droite du visage de Jésus ?
4) Quelles sont les figures les plus importantes de ce tableau. Quel nom portent-elles ensemble ?
5) Qu'est-ce qu'un martyr ?
6) Qu'est-ce que "l'incarnation" ?
7) Qu'est-ce que le salut ?
8) Quelle est la croyance la plus importante de la religion chrétienne ?




Correction

1-a) Ce texte est un extrait de l'Évangile de Matthieu, partie du Nouveau Testament. C'est un texte religieux destiné à fonder la foi des croyants. Il a été écrit dans la deuxième moitié du Ier siècle.

1-b) La "fête des pains sans levain" est la fête juive de Pâque (pessah, en hébreu).

L'agneau sacrifié lors de la dernière des "dix plaies d'Égypte" permit aux Hébreux de sauver leurs propres premiers-nés ; cet agneau devait être mangé avec des "herbes amères". Au cours de ce repas, les Hébreux devaient consommer du pain non fermenté (à cause du manque de temps) :
- "Tu ne mangeras pas, à ce repas, de pain fermenté [ou : de pain levé] ; pendant sept jours tu mangeras des pains azymes [pains sans levain] - un pain de misère - car c'est en toute hâte que tu es sorti du pays d'Égypte : ainsi tu te souviendras, tous les jours de ta vie, du jour où tu sortis du pays d'Égypte." (Ancien Testament, Deutéronome, 16-3).


15_bellini_preparation_pour_pessah_b
Bellini, 1470 (Vénétie), Préparatifs pour Pessah


1-c) "Pascal" est la forme adjectivale du mot "Pâques".

1-d) Jésus veut célébrer la Pâque parce qu'il est juif et que cette fête est la principale du calendrier rituel du judaïsme.

1-e) La remémoration de ces gestes et paroles constitue le moment essentiel de la messe chrétienne : communion sous les espèces du pain et du vin. C'est l'eucharistie.

The Last Supper (La C�ne) 1652, Philippe de Champaigne (1602-1674)
La Cène, Philippe de Champaigne, 1652


1-f) Il s'agit du renouvellement d'une "Alliance" déja plusieurs fois passée entre Dieu et l'humanité selon la Bible (Noé, Abraham, Moïse...). Pour les chrétiens, Jésus le Messie, par son sacrifice, renouvelle l'Alliance.

1-g) La rémission, c'est le pardon des péchés.

2) La signification de ce symbole (cryptogramme) est l'une des appelations de Jésus Christ car chaque lettre du mot poisson (ichthys, en grec - prononcer : ichtus) constitue la première lettre des mots suivants :

I = Iessous, CH = CHristos, TH = THeou, Y = hYios, S = Soter
        en français : Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur.


3) Les quatre lettres IC, XC, forment les premières et dernières lettres des mots grecs : IC Iesos, XC Christos, (Jésus-Christ).

4) Les figures les plus importantes de ce tableau sont : Jésus, dans les bras du Père au-dessus duquel se trouve la colombe (l'esprit de Dieu). Ces trois personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit constituent la Trinité dans la religion chrétienne.


http://img350.imageshack.us/img350/1430/trjca346wi281ta1577pradomadryt.jpg
Le Greco, La sainte Trinité, 1577

5) Le martyr est une personne souffrant, parfois jusqu'à la mort, pour sa foi.

6) L'incarnation est le fait de prendre forme humaine (de carno, carnis, la chair, le corps en latin).

- "Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu (...) Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père" (Évangile selon Jean, 1-1 et 1-14).

7) Le salut est la croyance qu'il est possible de sauver son "âme" qui accède alors au Paradis (demeure des "élus") et échappe à l'Enfer (demeure des "réprouvés").


8) La croyance principale de la religion chrétienne est la croyance en la résurrection de Jésus.



____________________________________________________

Enfer et Paradis

L'image “http://www.u-blog.net/lesvachespsychedeliques/img/enfer.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
de bas en haut : Enfer, Purgatoire et Paradis

image_d_enfer_et_paradis


Enfer et Paris, Jérôme Bosch (1450-1516)



- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


samedi 2 décembre 2006

Les terres chars au Bangladesh

050123_024540



les terres chars au Bangladesh



- les terres chars du delta du Bengale sont des terres alluviales et mouvantes qui se font et se défont, au rythme des crues et du processus très actif d’érosion fluviale. Cette situation incertaine affecte le statut de ces terres et fragilise les moyens de subsistance des paysans. La fragilité du statut des occupants, notamment les plus démunis, la très grande complexité foncière dans cette société très hiérarchisée, la convoitise des nombreux colons potentiels et bandits de tout genre et la corruption de l’administration ont créé un climat d’une extrême violence dans ce contexte de très forte pression démographique et de concurrence pour les terres.
d'après Ratan Lal Chakraborty, professeur d'histoire retraité à l'université de Dacca (Bangladesh), article de la revue Hérodote, n° 121, février 2006

    Diapositive1
source de la carte de gauche

Bangladesh_map

L'image “http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b4/Carte_Bangladesh.png” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.




050123_031733


























050123_032212
Kawabata char


050128_031950
confluence du Gange et du Brahmapoutre


______________________________________________________________________________


(1) Forêts :

Le Bangladesh a connu, durant la seconde moitié du siècle, une déforestation parmi les plus rapides d’Asie. Les forêts, qui couvraient 24 % du territoire en 1947, n’en représentent plus que 8 %. En 1989, pour enrayer ce déclin, le gouvernement a considérablement durci son code pénal sur les délits touchant à leur destruction. Il s’est aussi lancé dans de coûteux programmes de plantation, financés par la Banque mondiale et surtout par la Banque asiatique de développement (ADB), plutôt que d’investir dans des programmes forestiers plus modestes associant les populations locales. Loin de produire les effets attendus, ces nouveaux moyens, placés entre les mains du très corrompu département des forêts, ont surtout été utilisés pour opprimer davantage, voire exproprier, les minorités ethniques comme les Garos de la forêt de Madhupur, et harceler les groupes sociaux les plus défavorisés, en particulier les paysans pauvres de la frange littorale. Le trafic et les coupes illégales de bois se poursuivent car elles sont avant tout le fait des gardes forestiers eux-mêmes.

 

(2) «Chars» :

Les chars sont des îles fluviales, formées du sable et du limon déposés par les rivières en période de mousson. Plus de cinq millions de personnes vivent sur ces îles précaires, dont la moitié sur le seul cours du fleuve Jamuna-Bhramapoutre. La durée de vie d’un char dépend du bon vouloir de la rivière, qui peut éroder une île en quelques jours, ou l’épargner pendant plusieurs décennies.

« La rivière emprunte un chemin puis l’abandonne, c’est le jeu de la rivière », dit un proverbe bangladais. Il y a tout juste deux cents ans, la Jamuna coulait à 100 kilomètres au nord-est de son cours actuel. Les chars et les différents bras de fleuve qui existent à présent étaient constitués de terre ferme.En conséquence, toutes les terres, hors de l’eau comme sous l’eau, sont inscrites au cadastre et appartiennent à des paysans qui les ont héritées de leurs ancêtres. Sur la Jamuna toutes les parcelles s’échangent et il existe même un cours de l’hectare sous l’eau. Car chacun sait que, tôt ou tard, une terre immergée peut resurgir, fertile et cultivable.

 

(3) Sans-terre :

Hormis quelques villages-colonies créés en 1987 sous le régime autocratique du général Ershad, les terres nouvellement émergées en baie du Bengale n’ont pas fait l’objet d’une politique volontariste de distribution aux plus pauvres sous les gouvernements successifs de MM. Khaleda Zia et Sheikh Hassina. En théorie, ces terres nouvelles appelées « khas », nées de la décharge sédimentaire du delta, peuvent être louées auprès de l’administration des impôts fonciers. Dans la pratique, les vastes étendues de terres khas situées dans les régions littorales de Patuakhali, Barisal, Bhola et Noakhali sont aux mains des élites locales - grands propriétaires, fonctionnaires, entrepreneurs - et de leurs hommes de main. Par la violence et, souvent, leurs accointances politiques nationales et ministérielles, ces élites maintiennent d’innombrables familles de sans-terre dans une situation de dépendance, les fixant comme métayers sur des terres exposées aux raz-de-marée. Demeurées sur la terre ferme, voire dans les quartiers résidentiels de Dacca, la capitale, elles n’en perçoivent pas moins les bénéfices.

 

(4) Erosion :

Plus que les grandes crues, sources de dégâts ponctuels pour les récoltes et les habitations mais qui ne causent qu’exceptionnellement des pertes de vies humaines, les paysans redoutent les conséquences de l’érosion. Ce lent grignotage des terres cultivables par les rivières est un drame peu spectaculaire qui prive, bon an mal an, des dizaines de milliers de familles de leur autonomie de subsistance. Sur le seul cours du fleuve Jamuna-Brahmapoutre, l’érosion déplace en moyenne chaque année trente mille personnes.

Gilles Saussier
source

 






liens

- Danse avec les fleuves : Gilles Saussier - Unesco.org/courrier




- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 28 novembre 2006

les 3 premières Républiques


la République

 

 

les 3 premières Républiques en France :

1792, 1848 et 1870

 

 

Diapositive1
cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

- définition de la République : forme d'État non monarchique ; régime dans lequel les pouvoirs politiques sont désignés par l'élection

 

- un récit explicatif (© Hachette) de la révolution de février 1848

 

 

1792

 


prise des Tuileries (résidence du roi Louis XVI) le 10 août 1792

 

 

1848

 


24 février 1848

 

Barricade_rue_Soufflot_1848
barricade de la rue Soufflot,  février 1848, peinture d'Horace Vernet

 

dafanch98_numl000375_zoom
Combat du peuple parisien dans les journées des 22, 23 et 24 février 1848,
grande barricade du Château-d’eau. Image d'Épinal de la révolution de février 1848.
Musée de l’Histoire de France © Centre historique des archives nationales

      


24 février 1848


séance du 24 février 1848 à la Chambre des députés

lamartine_drapeau
proclamation de la République par Lamartine devant l'Hôtel de Ville de Paris




1870

proclamation_r_E9publiqueIII
4 septembre 1870, proclamation de la République,
musée Carnavalet, Paris




4 septembre 1870




- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 02:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 27 novembre 2006

Origines et installation de la République en France, 1792-années 1880

r_p_paris_cpa_1

 

 

Origines et installation de la République

en France, 1792-années 1880

 

La République

Le point de vue historique fait du XIXe siècle le temps de l'installation difficile mais définitive du régime républicain en France.

Elle est précédée par deux grands "essais" : la Première et la Seconde République.

* La Première République est proclamée le 21 septembre 1792. Elle est née de la Révolution de 1789 et suit la chute de la Monarchie le 10 août 1792. Le régime napoléonien puis la Restauration la remplacèrent.

* La Deuxième République est née de la Révolution des 22-24 février 1848 à Paris. Elle est proclamée les 24 février et 4 mai 1848 (par l'Assemblée nationale constituante). Elle s'achève avec le coup d'État du Prince-Président Louis-Napoléon Bonaparte - futur Napoléon III - le 2 décembre 1851.

 

Bismarck_et_Napoleon_III
Napoléon III (à gauche) prisonnier de Bismarck, le 2 septembre 1870

 

* La Troisième République, proclamée le 4 septembre 1870 après la défaite de Sedan et la déchéance de l'Empire, a des débuts hésitants et ne s'impose que progressivement :

  • en 1871, l'Assemblée nationale est majoritairement monarchiste.

  • en 1873, après la chute de Thiers, l'élection à la présidence de Mac-Mahon et le gouvernement du duc de Broglie instaurent "l'Ordre Moral" : mouvement de réaction royaliste qui tente de rétablir la monarchie. Cependant le retour du prétendant au trône, le comte de Chambord, est un échec.

  • 30 janvier 1875 : l'amendement Wallon définit le mode d'élection du président "de la République".

  • la constitution de 1875 : un compromis.

  • mars 1876, puis octobre 1877 : les républicains remportent les élections législatives.

  • janvier 1879 : Mac-Mahon démissionne. Jules Grévy, un "vrai" républicain, est élu président de la République.

  • 1880-1884 : les grandes lois républicaines : sur les libertés publiques, l'enseignement, l'établissement des grands symboles républicains...

 

 

- source : chronologie du dossier "La République et ses images", musée d'Orsay

________________________________________________________________

 

le premier Président de la République vraiment républicain,

élu en janvier 1879

Jules_Gr_vy_portrait
Jules Grévy, président de 1879 à 1885 et de 1885 à 1887

 

biographie de Jules Grévy

Jules Grévy (1807-1891)

Né le 15 août 1807 à Mont sous Vaudrey (Jura), d'une famille aux convictions républicaines. Après de brillantes études au collège de l'Arc à Dole, il obtient une licence de droit à Paris et devient avocat. Il publie, en 1836, un recueil général de formules pour tous les actes judiciaires, Le Procédurier.

Sous la monarchie de juillet, il plaide lors de procès politiques (notamment l'affaire des "Saisons" en 1839 où les accusés sont poursuivis pour atteinte à la sûreté de l'Etat). Sa carrière politique débute à la faveur des événements de 1848

il est nommé commissaire de la République dans le Jura par le gouvernement issu de la révolution de 1848 puis il est élu député du Jura en avril 1848. Il se rend célèbre, lors des débats relatifs à l'élaboration de la Constitution, par son opposition à l'élection du président de la République au suffrage universel. Mais "l'amendement Grévy" est repoussé.

Le 4 avril 1849, Jules Grévy est élu vice-président de l'Assemblée.

À la suite du coup d'Etat du 2 décembre 1851, il redevient avocat en 1862, il est élu membre du conseil de l'ordre des avocats du Barreau de Paris puis, le 4 août 1868, bâtonnier de l'ordre des avocats.

À la fin du IIe Empire, il revient à la politique et est à nouveau élu député du Jura en 1868 et en 1869.

Il s'oppose, avec Thiers et Gambetta, à la déclaration de guerre en 1870 et condamne l'insurrection de la Commune.

En février 1871, il est élu président de l'Assemblée nationale jusqu'à sa démission en avril 1873. Il est à nouveau président de la Chambre des députés à partir de 1876.

A la suite de la disparition de Thiers, le 3 septembre 1977, dont il prononce l'éloge funèbre, il est chargé de la direction du parti républicain.

Le 30 janvier 1879, le président Mac Mahon démissionne et Jules Grévy est élu président de la République par le Congrès réuni à Versailles. Dans le message lu aux Chambres le 6 février 1879, Jules Grévy expose sa conception de la fonction présidentielle: "Soumis avec sincérité à la grande loi du régime parlementaire, je n'entrerai jamais en lutte conte la volonté nationale exprimée par ses organes institutionnels". Ainsi a-t-on parfois parlé de "constitution Grévy" pour qualifier cette interprétation restrictive des prérogatives présidentielles désormais en vigueur sous la IIIe République.

En politique intérieure, son mandat est marqué par des mesures anticléricales

Malgré ses convictions modérées, il laisse le gouvernement Freycinet prendre deux décrets en mars 1880, l'un pour disperser les jésuites, l'autre pour instaurer un enregistrement obligatoire des congrégations.

En politique extérieure, le président Grévy manifeste un grand souci de paix, en particulier vis-à-vis de l'Allemagne, tandis qu'il doit faire face à la crise boulangiste.

Il fait opérer quelques transformations au Palais de l'Elysée durant son mandat: installation du téléphone, construction du jardin d'hiver et pose d'une pendule sur le bâtiment central.

Président bourgeois, il avait épousé en 1848 Coralie Fraisse, fille d'un tanneur de Narbonne, dont il a eu une fille, Alice. Le mariage de sa fille avec Daniel Wilson, député, est célébré en 1881 à l'Elysée même, en présence de Jules Ferry, témoin du marié, et de Léon Gambetta.

Réélu en décembre 1885, il est contraint de démissionner le 2 décembre 1887 à la suite du scandale provoqué par la découverte d'un trafic de décorations auquel est mêlé son gendre Daniel Wilson.

Il s'éteint à Mont sous Vaudrey le 9 septembre 1891.

Source : Service des archives et de l'information documentaire de la Présidence de la République.

Bibliographie :
Pierre Jeambrun, Jules Grévy ou la République debout, Librairie Jules Tallandier, 1991.

site internet de la Présidence de la République

 

Diapositive1



- voir : les symboles de la République

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 26 novembre 2006

Symboles de la République

http://jpgour.club.fr/propagande/Papierpeint.jpg

 

les symboles de la République

 

 

définitions

- "Allégorie, symbole, emblème, ne sont pas vraiment synonymes.

  • Une femme, coiffée d'un bonnet phrygien, et qui foule aux pieds une couronne, forme un tableau relativement complexe, destiné à exprimer l'idée que la République écrase la monarchie : ce discours imagé, substitué au discours abstrait, est typiquement une allégorie.
  • Le bonnet phrygien signifie que cette femme est par excellence un champion de la liberté, puisque ce bonnet était à Rome mis sur la tête des esclaves affranchis ; cette liaison n'est pas d'une évidence primaire, elle vient de l'histoire, on la possède par la culture ; on dira donc que le bonnet phrygien est un symbole.
  • Si cette femme à bonnet phrygien se réduit à un buste ou même à un profil banal, après un siècle d'accoutumance à ce qui sera devenu une convention, stable et partout reçue, on parlera plutôt d'emblème.

«La femme au bonnet phrygien est l'emblème de la République française» - ainsi s'exprime le Petit Larousse, pour illustrer précisément le mot emblème..."

Maurice Agulhon, Marianne au combat.
L'imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880,
Flammarion, 1979, p. 8.

 

 

 

synthèse et repères

- Drapeau tricolore :

- Liberté-égalité-fraternité : devise républicaine issue de la Révolution française - décret n° 88 du 25 septembre 1870, qui reprend mot pour mot la décision de 1848, à propos du sceau de l'État républicain : faire figurer sur une face la devise Liberté, Égalité, Fraternité.

- Victor Hugo défend les idées de progrès incarnées par la Révolution contre les empereurs d'Autriche, de Prusse et de Russie :
«À trois empereurs, opposons trois dates : le 14 juillet, le 10 août, le 21 septembre. Le 14 juillet a démoli la Bastille, et signifie Liberté ; le 10 août a découronné les Tuileries et signifie Égalité ; le 21 septembre a proclamé la République et signifie Fraternité». (cité dans Choses vues, Quarto-Gallimard, 2003, p. 1021).

- La Marseillaise : redevient hymne national par un décret du ministre de la Guerre, le 14 février 1879 (suivant le décret du 26 messidor an III).

- Le 14-juillet : devient fête nationale, le 14 juillet 1880.

- Marianne : représentation en femme de la République (buste de femme coiffée du bonnet phrygien), dans les années 1880.

* monument à la République : Paris en 1883

** dès 1879, la victoire politique est consommée avec le remplacement à l'Élysée de Mac-Mahon par Jules Grévy et la mise en place de toute une symbolique de cette République triomphante : La Marseillaise promue hymne national et, l'année suivante, le 14-juillet proclamé fête nationale. (Sirinelli)

 

_______________________________________________________________________



grille du Coq à l'Élysée
arrière du palais présidentiel de l'Élysée, Paris : grille du Coq avec le monogramme RF

 

 

La République française et ses symboles

Maurice AGULHON

La vieille nation appelée France est aujourd’hui officiellement désignée par le terme "République française". De là l’usage assez fréquent du monogramme RF, employé comme une sorte de logo.
Le régime républicain fait aujourd’hui à peu près l’unanimité dans l’opinion, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Au XIXe siècle, dans le sillage de la Révolution française, les symboles de la République dont on va trouver ici l’énumération et le bref commentaire ont été ceux de la France révolutionnaire puis libérale (ou, si l’on veut, de la France de gauche) contre la France monarchique et conservatrice. C’est au XXe siècle qu’ils sont devenus ceux de la République française acceptée, consensuelle, et, en somme, ceux de la France tout court.

Un seul symbole visuel est officiellement consacré par son inscription dans la Constitution, c’est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge, dans cet ordre, à partir de la hampe. Inventé en 1789, lié à la France révolutionnaire puis impériale, il a été violemment rejeté et remplacé par un drapeau blanc de 1814 à 1830. C’est la révolution de 1830, dite de Juillet, qui l’a définitivement ramené et reconsacré. La droite royaliste et catholique intransigeante a peu à peu transféré sa dévotion du drapeau blanc aux trois couleurs. Cependant que l’extrême gauche révolutionnaire qui, vers la fin du XIXe siècle, vouait un culte subversif au drapeau rouge s’est à son tour ralliée au tricolore (période du Front populaire puis de la Deuxième Guerre mondiale).

Aujourd’hui le drapeau tricolore est unanimement reconnu comme signe de la France. Il existe une certaine tendance à le relativiser en portant quasiment à son niveau les drapeaux d’autres ensembles territoriaux. Il n’est plus rare de voir au fronton d’une mairie un même écusson supporter trois drapeaux, le tricolore au centre, le drapeau (officieux) de la région d’un côté, et le bleu étoilé de l’Europe de l’autre.

La même dialectique se reconnaît dans un autre symbole national officiel, La Marseillaise. Créé en 1792, l’hymne a été pendant près d’un siècle perçu comme révolutionnaire, donc partisan.
C’est la Troisième République qui en a fait, en 1880, l’hymne national légalement consacré. Puis l’opposition de droite s’y est ralliée en même temps qu’elle acceptait le drapeau tricolore et qu’elle s’investissait dans le nationalisme. Quant à l’opposition d’extrême gauche, elle l’accepta à son tour à la grande époque de l’antifascisme et de la Deuxième Guerre mondiale.
Aujourd’hui La Marseillaise reste officielle au niveau des célébrations nationales et militaires mais sa popularité "n’est plus ce qu’elle était", victime du pacifisme diffus et de l’antinationalisme implicite d’une société qui cherche à tâtons d’autres repères. Ici s’arrête d’ailleurs le parallélisme avec l’histoire du drapeau : si en effet, on l’a dit, le drapeau européen est connu et déjà popularisé, il n’a pas d’équivalent en musique, du moins au même niveau de notoriété.

La représentation de la République française par une figure allégorique, celle d’une femme, généralement coiffée d’un bonnet phrygien, n’est pas inscrite dans la Constitution, mais on ne peut lui dénier un caractère officiel puisqu’elle figure sur le sceau de l’État, ainsi que sur les pièces de monnaie et les timbres-poste, autres signes d’activité et de responsabilité publiques.

Là encore, tout remonte à la Révolution qui, en rejetant la Monarchie, ses armoiries, ses emblèmes à fleurs de lys, ne pouvait se dispenser de les remplacer. Le sceau de l’État – décréta la Convention à la fin de septembre 1792 – porterait une "figure de la Liberté".
Or les traités d’iconologie classiques depuis plusieurs siècles faisaient du bonnet phrygien l’attribut caractéristique de la Liberté. Par la décision de 1792, cette coiffure devenait donc l’emblème principal de la République française, et entrait dans l’histoire de France pour ne plus en sortir.
Dès lors que la République a vaincu et a tendu à s’identifier à la France, l’allégorie de la France porte bonnet phrygien, et le bonnet se trouve en quelque sorte francisé. Cette nationalisation française du bonnet phrygien était assez évidente dès la fin du XIXe siècle pour que la Liberté universelle doive se trouver d’autres coiffures (la plus célèbre étant celle de la statue de La Liberté du sculpteur Bartholdi, à New York).

Cependant, au cours de l’histoire compliquée du XIXe siècle, il s’était trouvé des républicains pour considérer que le bonnet phrygien était trop révolutionnaire, et qu’une République légaliste et pacifique devait être représentée coiffée d’autre façon (lauriers, par exemple). C’est à cette parenthèse vite refermée de notre histoire que la symbolique républicaine doit pourtant quelques créations encore notoires, voire visibles aujourd’hui : le premier timbre-poste français, dit à la Cérès, de 1849, ou la République assise et couronnée de soleil sur le sceau de l’État et les panonceaux des notaires, ou encore la tête qui figure sur la médaille de la Légion d’honneur.

Avec ou sans bonnet, mais le plus souvent avec, les types de République française allégorique rendus officiels par les monnaies et les timbres se sont succédé en grand nombre. La plus célèbre, du fait de son originalité (figure en pied sur un petit format), du fait de sa surcharge symbolique et – tout simplement – de son charme est la Semeuse (création d’O. Roty en 1897).
La représentation en femme de la République révolutionnaire, puis de la sage "République française", puis de la France a connu bien d’autres emplois et bien d’autres supports que les signes d’État que l’on vient de présenter : statues de places publiques, bustes pour orner l’intérieur d’édifices divers, œuvres libres de peintres, sculpteurs ou graveurs, allégories vivantes sur la scène ou dans la rue, bibelots pour collections et domiciles privés, enfin et surtout caricatures de presse. Tout cela libre, officieux… ou contestataire.

Même liberté, hors de toute prescription légale, dans l’emploi, attesté depuis 1792, du surnom de "Marianne" pour la désigner. De nos jours, il semble que l’usage du buste de la République en femme à bonnet phrygien, avec le nom de "Marianne", se spécialise dans l’institution municipale (plutôt que dans la politique d’État) et se prête, parfois, à des jeux folkloriques et médiatiques assez éloignés de la gravité républicaine officielle.
Plus récemment cependant, une Marianne sereine s’est officiellement mariée aux trois couleurs du drapeau français pour devenir la marque identifiant visuellement la Fonction publique d’État. Créée en 1999, elle est désormais présente sur les papiers à lettre, brochures, formulaires, affiches et supports d’information émanant des ministères, préfectures ou ambassades.

La même ambiguïté concernait depuis longtemps le Coq. Le Coq, symbole chrétien de la vigilance depuis le récit de la Passion, était depuis longtemps francisé dans la culture nationale par la proximité latine du Coq et du Gaulois (Gallus gallicus). Sans oublier sa flatteuse réputation de combativité et de vaillance : vertus du Coq, vertus réputées bien françaises. Malgré cela, l’érection du Coq en symbole national officiel n’a jamais dépassé le stade des velléités, malgré des tentatives aux temps de la Révolution, de la monarchie de Juillet et de la Troisième République.

Il semble que le Coq ait été refusé pour deux raisons : l’une étant que le choix d’un animal symbole aurait en soi quelque chose de héraldique, donc de "féodal", donc de mauvais ; l’autre est que, de toute façon, le Coq, animal de basse-cour, ne pourrait être mis avec vraisemblance au niveau des lions et des aigles. Le Coq a donc été réduit à deux emplois, non négligeables mais néanmoins en retrait par rapport à la dignité politique de l’État : la symbolisation de notre excellence sportive, et – parfois – celle de la vaillance militaire dans quelques monuments aux morts de la Grande Guerre.

La Deuxième Guerre mondiale a été faite et gagnée (du moins en ce qui concerne la contribution française) sous le signe de la Croix de Lorraine, emblème choisi par la France libre puis par la Résistance pour distinguer leur drapeau du tricolore gardé par Vichy. La Croix de Lorraine est donc utilisée couramment pour marquer les monuments évocateurs de l’époque 1940-1945, depuis le mont Valérien jusqu’aux plus humbles et plus rustiques lieux de combats de maquis.

Mais la Cinquième République a fait plus encore pour elle en exaltant la magistrature présidentielle et en lui donnant pour premier titulaire en 1958-59 le général de Gaulle. Celui-ci fut le premier à remplacer, sur la médaille commémorative de son accession à l’Élysée, l’image de la République en femme par celle de la Croix de Lorraine encadrée du V. L’innovation était même double : promotion de sens pour la Croix de Lorraine, et obligation faite aux successeurs du Général de se choisir à leur tour des sortes d’armoiries personnelles.

Y a-t-il enfin des symboles en forme de monuments ? La Troisième République a renoncé en 1882 à faire reconstruire les Tuileries incendiées en 1871, elle a continué à faire siéger les pouvoirs publics dans les palais hérités de siècles anciens (Luxembourg, palais Bourbon, Élysée, etc.). Paris n’offre donc rien qui soit comparable au gigantesque Capitole de Washington DC, siège d’assemblées, musée et marque symbolique républicaine tout à la fois. Ce qui se rapproche le plus d’un symbole monumental de la République à Paris est donc le Panthéon, bâti sous Louis XV comme église Sainte-Geneviève, et laïcisé nationalisé en 1791 comme sépulture des "Grands Hommes".

Au XIXe siècle, le Panthéon a véritablement polarisé l’hostilité que les forces de droite vouaient à la République : on le rendit à l’Église de 1814 à 1830, puis de 1851 à 1885, ou bien on le méprisa, tant il contenait de  célébrités sulfureuses (Voltaire et Rousseau, Victor Hugo et Émile Zola, Marcelin Berthelot et Jean Jaurès, etc.). On exagérerait à peine en disant qu’au milieu du XXe siècle encore le Panthéon n’était un panthéon que pour la Gauche, et que la Droite avait son véritable panthéon aux Invalides (Turenne et Vauban, Napoléon et le maréchal Foch, etc.).

La France de Droite devait pourtant finir par se rallier au respect du Panthéon comme elle en était venue à accepter la République elle-même. Décisive sans doute l’année 1964 où le général de Gaulle, en faisant panthéoniser Jean Moulin, acceptait ipso facto de reconnaître le grand temple du Quartier latin comme national aux yeux des deux camps, donc, en principe, aussi unificateur de la France politique que l’étaient devenus en leur temps la République, son drapeau et son bonnet phrygien.

Maurice Agulhon, professeur honoraire
de la chaire d’histoire contemporaine au Collège de France,
membre du Haut Comité des célébrations nationales,
est auteur de nombreux ouvrages sur la France des XIXe et XXe siècles.

Bibliographie
Agulhon (Maurice), Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Flammarion, 1979.
Agulhon (Maurice), Marianne au pouvoir, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Flammarion, 1989.
Agulhon (Maurice), Métamorphoses de Marianne, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1914 à nos jours, Flammarion, 2001.
Agulhon (Maurice), et Bonte (Pierre), Marianne dans la cité, (cet album de photographies est complémentaire de l’ouvrage précédent), Dexia et Imprimerie nationale, 2001.
Agulhon (Maurice) et Bonte (Pierre), Marianne, visages de la République, Gallimard Découvertes,1992.
Nora (Pierre), Les lieux de mémoire, tome 1, La République, Gallimard, 1984.
Pastoureau (Michel), Les emblèmes de la France, Bonneton, 1998.

source désactivée

 

- sur ce blog : Maurice Agulhon, Marianne au combat, 1789-1880, compte rendu par Alain Corbin (1979).

 

_____________________________________________________________________________



all_gorie_R_publique_1848
allégorie de la République, 1848


couv_art_et_pouvoir
source

 

le symbolisme dans les images de Marianne

Le bonnet phrygien                            la liberté, l'affranchissement

La couronne                                      le pouvoir

Le sein nu                                         la nourrice et l'émancipation

La cuirasse                                        l'invincibilité

Le rameau d'olivier                            la paix

Le lion                                              le courage et la force du peuple

L'étoile                                              la lumière

Le triangle                                         l'égalité

Les chaines brisées                             la liberté conquise

Les mains croisées                              la fraternité

Les faisceaux                                     l'autorité de l'État

La balance                                         la justice

La ruche                                            le travail

Les tables de la loi                              la loi

 

R_publique_assise

 

une synthèse sur le symbolisme dans l'image de Marianne

Marianne et la devise de la République

Marianne représente la permanence des valeurs qui fondent l'attachement des citoyens à la République : "Liberté, Égalité, Fraternité".

Parfois employé par les opposants au régime républicain, mais surtout par ses défenseurs, le prénom de Marianne (Marie-Anne), populaire, est le symbole d'une République qui s'est construite par l'adhésion progressive de tous les citoyens à cette devise. Marianne est devenue peu à peu la représentation la plus facile à partager de la "mère-patrie", tantôt fougueuse et guerrière, tantôt pacifique et nourricière.

L'image de La Marianne trouve son origine dans l'Antiquité. Le bonnet phrygien est porté par les affranchis de l'Empire romain, esclaves auxquels leur maître a rendu la liberté et dont les descendants sont considérés de ce fait comme citoyens de l'Empire. La Démocratie est déjà représentée sous des traits féminins ; à ses pieds un gouvernail et un sac de blé à moitié renversé ; peu soucieuse de puissance, elle se préoccupe en effet surtout des aspirations du peuple.

À partir de 1789, des sculptures, des tableaux, représentent des personnages féminins portant les valeurs de la Révolution française au premier rang desquelles est placée la Liberté. La Liberté apparaît sous les traits d'une jeune femme, portant une robe courte et tenant dans sa main droite une pique ornée du bonnet phrygien. C'est une guerrière symbolisant l'idée que la liberté s'acquiert par les armes. Parfois, cette figure de la Liberté paraît plus sage, plus grave, drapée d'une longue robe tunique, dans une posture plus sereine. Elle perd alors nombre de ses attributs dont le bonnet phrygien, porté par les révolutionnaires.

L'Égalité prend aussi la forme d'une jeune femme suivie par des enfants portant les symboles des trois ordres de l'Ancien régime : les outils agricoles du Tiers-État, la Bible du Clergé et la couronne de la Noblesse, synthèse de l'ancienne et de la nouvelle France. À l'origine, L'Égalité tient dans ses mains une balance en équilibre, celle du Jugement dernier, mais les artistes révolutionnaires lui préfèrent le niveau, symbole d'égalité plus que d'équité. La Fraternité tient un bâton surmonté du coq gaulois et derrière elle, deux enfants mènent attelés ensemble un lion et un mouton. Marianne est souvent armée et casquée, comme l'Athéna grecque. La République est guerrière et protectrice, elle combat pour défendre ses valeurs, au premier rang desquelles la Liberté, comme à Valmy où, face à la réaction monarchiste, elle affirme sa vocation universelle.

Un décret de 1792 dispose que "le sceau de l'État serait changé et porterait pour type la France sous les traits d'une femme vêtue à l'antique, debout, tenant de la main droite une pique surmontée du bonnet phrygien, ou bonnet de la Liberté, la gauche appuyée sur un faisceau d'armes ; à ses pieds un gouvernail". Marianne a retrouvé des attributs anciens, notamment le lion et le Trône, mais elle tient dans ses mains, outre l'épée ou le faisceau d'armes, le drapeau tricolore français. À ses pieds, on trouve la loi et la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen présentée au monde. À la même époque, ses ennemis caricaturent la République en lui donnant le nom populaire de Marie-Anne car si la République veut s'occuper du peuple, disent-ils, elle doit en porter le nom.

Après 1799, la fin de la République et l'établissement du régime de l'Empire affaiblissent la représentativité de Marianne, même si le thème de la Liberté reste vivace. Nombre d'artistes la perpétuent, parmi lesquels notamment Eugène Delacroix dans La liberté guidant le peuple aux barricades de 1830. Le nom de Marianne réapparaît un temps avec la seconde République mais prend souvent un sens péjoratif. Les partisans de la République sociale reprennent le prénom. Dans le même temps, un concours est organisé en 1848 pour définir la représentation de la nouvelle République où réapparaîtraient les valeurs révolutionnaires. En proclamant le régime de l'Empire en 1852, Napoléon III fait remplacer sur les pièces de monnaie et sur les timbres-poste la figure de Marianne par sa propre effigie. Parallèlement, des groupes d'opposition républicains se constituent, et prennent Marianne comme figure de ralliement.

Dès le retour de la République, la Commune parisienne développe le culte de la combattante révolutionnaire au buste dénudé qui porte le bonnet phrygien rouge des sans-culotte. Mais à Paris celle-ci n'est jamais appelée Marianne et le nom n'est utilisé que dans les provinces. Dans chaque ville, des statues, des cloches portent ce prénom et rappellent les grandes heures révolutionnaires : 1789, 1830, 1848.

En 1871, après la Commune, les fondateurs de la IIIe République veulent restaurer la symbolique républicaine sans pour autant encourager des mouvements révolutionnaires. Ils préfèrent donc au bonnet phrygien la couronne d'épis de blés, inspirée de la couronne de soleil qui ornait les pièces de 1848. Mais le modèle est diversement suivi et dans toute la France s'oppose statue à épis et statue à bonnet phrygien. Quant au nom qu'il faut lui donner, tout dépend de la classe sociale : le républicain du peuple la nomme "Marianne", le républicain bourgeois parle de "la République" et l'antirépublicain, s'il ne l'injurie pas par un "la gueuse", emploie "Marie-Anne" de façon péjorative. Peu à peu les bustes se multiplient dans les mairies, les écoles. La mairie de Paris commande un modèle portant le bonnet phrygien en 1880. Le modèle se fige peu à peu : c'est un buste de femme au visage calme et jeune portant parfois la couronne d'épis, plus souvent le bonnet phrygien. La République s'installe.

Au vingtième siècle, toutes les mairies se dotent progressivement d'un buste de Marianne qui porte désormais systématiquement le bonnet phrygien et apparaît débarrassée de ses autres attributs (faisceau d'armes, niveau ou balance). Marianne est représentée de manière très épurée. Les dernières représentations, les plus en vogue dans les mairies aujourd'hui, sont celles reprenant les traits de Brigitte Bardot et de Catherine Deneuve. En marge des représentations officielles, des représentations libres se multiplient ; les caricaturistes s'emparent de Marianne comme image symbolisant la nation. L'assimilation de la République française à "La Marianne" est maintenant acquise. Marianne a survécu aux cinq Républiques et aux vicissitudes de l'histoire en renforçant son pouvoir symbolique à mesure que s'affirmait l'idée de la nation française.

http://www.insecula.com/article/F0010611.html

 

liens

- Les bustes de Marianne, Assemblée Nationale

- Marianne : la République est une femme [lien actuellement périmé - mars 2016]

- Symbolisme et visages de Marianne sur les timbres-poste

- D'où vient le bonnet de Marianne ?

repr_sentations_Marianne

 

_______________________________________________________________________

 

analyse d'image

 

1) La République, de Antoine-Jean Gros, 1794

 

Diapositive2
identifier les signes qui caractérisent cette allégorie de la République

 

Diapositive2

 

 

Diapositive3
identification des symboles de La République, tableau d'Antoine-Jean Gros, 1794 (version 2016)

 

symboles figurant sur le tableau La République d'Antoine-Jean Gros (1794)

  • bonnet phrygien : la liberté arrachée à l'esclavage ou à la servitude
  • pique, pointe renversée : vertu guerrière mais non agressive
  • tunique courte à l'antique, toge et sandales légères : allusion à Athènes et à Rome dont les citoyens défendent leur liberté
  • casque de Minerve ou d'Athéna : attribut de la déesse de l'intelligence au combat (stratégie)
  • niveau : notion d'égalité
  • feuilles de chêne : puissance, solidité, longévité, majesté
  • faisceau de licteur : l'autorité du licteur qui exécute les sentences des magistrats romains

* horizon informe : le paysage est négligeable dans ce tableau, seule compte l'allégorie puissante.

 

 

2) xxx

 

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 07:28 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

mercredi 22 novembre 2006

repères historiques pour comprendre le film "Indigènes"

Diapositive1



"Indigènes"


repères historiques et références

 

pour comprendre le film




       à venir

______________________________________________________________

 

iconographie tirée du film

 

- la bande annonce du film

 

 



- une comparaison des images du film Il faut sauver le soldat Ryan, de Spielberg, avec celles du film de Rachid Bouchareb, Indigènes. Similitudes...

 

Indigènes : Jamel Debbouze payé au tarif syndicalIndigènes : Jamel Debbouze payé au tarif syndicalIndigènes : Jamel Debbouze payé au tarif syndical





Days of Glory




 







http://nono.hautetfort.com/images/medium_ds_indigenes.jpg




(JPEG)




(JPEG)



(JPEG)

 




- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]