samedi 21 janvier 2017

métaphore et périphrase, Michel Audiard

film dialogues Audiard

 

 

métaphore et périphrase,

Michel Audiard

 

 

 

- Mais attention, hein... J'ai bon caractère mais j'ai le glaive vengeur et le bras séculier. L'aigle va fondre sur la vieille buse.

- C'est chouette comme métaphore, non ?

- C'est pas une métaphore, c'est une périphrase.

- Oh, fais pas chier !

- Ça, c'est une métaphore.

dialogues de Michel Audiard

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 16 janvier 2017

calendrier liturgique chrétien

 

 

calendrier liturgique chrétien

 

 

Fetes chrétiennes010

 

liturg2

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 15 janvier 2017

Napoléon Bonaparte, vidéo

 

 

 

Napoléon Bonaparte, vidéo

 

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 12 janvier 2017

Napoléon Bonaparte, une vie (résumé)

Bonaparte premier consul, François Gérard, 1803
Bonaparte, premier consul, par François Gérard, 1803

 

 

Napoléon Bonaparte, une vie

résumé

 

Napoléon Bonaparte est né le 15 août 1769 à Ajaccio, en Corse.

[Formation militaire : lieutenant d'artillerie, puis capitaine, puis général en 1793. Partisan des idées révolutionnaires et républicaines. Proche de Robespierre. En octobre 1795, il protège le Directoire en réprimant au canon l'insurrection royaliste à Paris : 13 Vendémiaire]

En 1796, l’Angleterre et l’Autriche sont en guerre contre la France et Bonaparte prend la tête de l’armée d’Italie pour aller attaquer les Autrichiens qu’il bat à Lodi, Arcole et Rivoli.

Quant à l’Angleterre, il décide de l’attaquer en Égypte pour couper les routes commerciales vers les colonies anglaises des Indes. En 1798, Bonaparte gagne donc l’Égypte avec une armée, mais aussi des savants chargés d’étudier le pays. Cependant, la France connaît alors une grave crise politique, économique et sociale.

En 1799, Bonaparte revient à Paris et, le 18 Brumaire (9 novembre 1799), il chasse le gouvernement et prend le pouvoir : il devient Premier Consul puis, le 2 décembre 1804, il est sacré Empereur sous le nom de Napoléon Ier. Inquiets de l’ambition de Napoléon, les Anglais, les Russes et les Autrichiens déclarent la guerre à la France. Mais, le 2 décembre 1805, Napoléon remporte sur les armées austro-russes une grande victoire à Austerlitz.

En France, Napoléon réorganise l’administration et place des préfets à la tête des départements ; il crée en 1800 la Banque de France ; en 1802, la Légion d’honneur ; en 1803, une nouvelle monnaie, le franc ; en 1804, il fait publier le Code civil.

Cependant, l’Europe veut la chute de l’Empereur. Entre 1806 et 1814, Napoléon se bat contre les Prussiens, les Autrichiens, les Espagnols, les Russes, les Anglais.

En 1814, il doit abdiquer et partir en exil pour l’île d’Elbe, en Méditerranée.

Louis XVIII, un frère de Louis XVI, est rétabli sur le trône de France, mais il devient vite impopulaire. Le 1er mars 1815, Napoléon quitte l’île d’Elbe, revient à Paris et gouverne de nouveau au cours des Cent Jours, du 20 mars au 8 juillet 1815. Anglais, Russes, Prussiens et Autrichiens s’unissent contre Napoléon Ier et le battent en Belgique, à Waterloo.

L’Empereur se rend aux Anglais qui l’exilent sur l’île de Sainte-Hélène où il meurt le 5 mai 1821.

François Pernot, "Napoléon Bonaparte, une vie comme un roman...",
La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 24|2009, mis en ligne le 05 octobre 2009.
URL : http://histoire-cnrs.revues.org/9162

 

Bonaparte par Jacques-Louis David
Bonaparte, portrait inachevé, par Jacques-Louis David, 1798

 

Napoléon Bonaparte chrono 1769-1799

 

 

- retour à l'accuei

Posté par LCL42Histoire à 06:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 janvier 2017

la génération Z

Simon Sinek génération Z

 

 

la génération Z

autocentrée, impatiente, déconcentrée, accro aux réseaux sociaux :

portrait d'une génération qui n'arrive plus à trouver sa place

 

Le portrait est un peu effrayant. Comme si la génération Z était déjà perdue. Le regard que pose Simon Sinek sur les individus nés après 1994 est dur, mais il se veut constructif. La vidéo dans laquelle il intervient a été vue 30 millions de fois, un record sachant qu'elle dure 15 minutes. Une longueur rarement plébiscitée sur les réseaux sociaux qui, cette fois, semblent unanimes sur la qualité du discours.

L'homme, qui a écrit plusieurs ouvrages sur le management, commence par évoquer les «millenials» [individus nés autour du changement de millénaire : 1994-2012] en ces termes : narcissiques, déconcentrés, paresseux, impatients et égocentriques..., entre autres.

À première vue, ils sont dénués de qualités. La faute à des parents, qui, selon Simon Sinek, ont inculqué à leurs enfants qu'ils étaient «spéciaux», à défaut de leur apprendre la valeur du travail ou du dépassement de soi-même, par exemple.

Résultat, continue l'orateur, la génération Z ne parvient pas à s'épanouir dans le monde du travail. Elle est comme inadaptée, traversée par des désirs irréalistes qui, dans le pire des cas, nourrissent une insatisfaction chronique. (...)

Mégane Chiecchi
Le Point, 2 janvier 2017

 

 


Les millenials : portrait sombre d'une nouvelle... par LePoint

 

 

  • sur dailymotion

http://www.dailymotion.com/video/x56vkhr_les-millenials-portrait-sombre-d-une-nouvelle-generation_news#tab_embed

 

http://dai.ly/x56vkhr

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 07:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]