Simon Sinek génération Z

 

 

la génération Z

autocentrée, impatiente, déconcentrée, accro aux réseaux sociaux :

portrait d'une génération qui n'arrive plus à trouver sa place

 

Le portrait est un peu effrayant. Comme si la génération Z était déjà perdue. Le regard que pose Simon Sinek sur les individus nés après 1994 est dur, mais il se veut constructif. La vidéo dans laquelle il intervient a été vue 30 millions de fois, un record sachant qu'elle dure 15 minutes. Une longueur rarement plébiscitée sur les réseaux sociaux qui, cette fois, semblent unanimes sur la qualité du discours.

L'homme, qui a écrit plusieurs ouvrages sur le management, commence par évoquer les «millenials» [individus nés autour du changement de millénaire : 1994-2012] en ces termes : narcissiques, déconcentrés, paresseux, impatients et égocentriques..., entre autres.

À première vue, ils sont dénués de qualités. La faute à des parents, qui, selon Simon Sinek, ont inculqué à leurs enfants qu'ils étaient «spéciaux», à défaut de leur apprendre la valeur du travail ou du dépassement de soi-même, par exemple.

Résultat, continue l'orateur, la génération Z ne parvient pas à s'épanouir dans le monde du travail. Elle est comme inadaptée, traversée par des désirs irréalistes qui, dans le pire des cas, nourrissent une insatisfaction chronique. (...)

Mégane Chiecchi
Le Point, 2 janvier 2017

 

 


Les millenials : portrait sombre d'une nouvelle... par LePoint

 

 

  • sur dailymotion

http://www.dailymotion.com/video/x56vkhr_les-millenials-portrait-sombre-d-une-nouvelle-generation_news#tab_embed

 

http://dai.ly/x56vkhr

 

 

- retour à l'accueil