brouillon

Géographie :

les cartes et le langage cartographique

 

 

 

I - Définitions

 

a) définition générale : représentation graphique conventionnelle de données concrètes (relief...) ou abstraites (agrégats économiques, flux...) localisées sur le globe terrestre.

 

b) définition plus technique : représentation fondée sur un langage (système de signes codés) qui construit une image analogue d'un espace(il existe une relation immédiate, intuitive entre la carte et le terrain, une proportionnalité entre les longueurs, celles de la réalité et celles de la carte).

  • vidéo 1 : représenter la Terre et la cartographier.

 

 

 

I - La projection cartographique
Représenter une sphère sur une surface plane et rectangulaire déforme nécessairement l'espace terrestre. Cela s'appelle une projection cartographique.

1) la projection de Mercator (1565)

 

projection Mercator et déformation longitudes

la longitude est la distance entre deux méridiens

 

projection Mercator centrée sur l'Amérique

projection Mercator centrée sur l'Amérique

 

 

Cette projection est dite cylindrique car elle consiste à projeter tout point du globe terrestre, assimilé à une sphère, sur un cylindre tangent à l'Équateur.

 

cylindre Mercator

 

Après une telle projection, si on développe le cylindre (on le "déroule"), les parallèles, cercles de la sphère parallèles au plan de l'équateur, projetés auront tous la même longueur.

Ce qui est ennuyeux pour une bonne conformité, car plus la latitude est élevée, plus les parallèles sont "petits". La projection conduit alors à une représentation d'autant plus aplatie et étirée que la latitude est élevée, c'est-à-dire en se rapprochant des pôles.

 

  • vidéo 2 : la projection cartographique.

 

 

vidéo 3 : la déformation subie par l'usage du cylindre pour porter sur une surface plane le globe terrestre.

 

 

 

vidéo 4 : la projection cartographique et ses méthodes.

 

 

 

1) la projection de Peters (1973)

 

 

projection de Peters ou Gall-Peters

 

 

La projection de Peters, ou projection de Gall-Peters d'après James Gall (1808-1895) et Arno Peters (1916-2002), est une projection cartographique qui, contrairement à celle de Mercator, tente de prendre en compte la taille réelle des continents.

Elle maintient la proportion entre les surfaces sur la carte et les surfaces réelles : l’Afrique apparaît bien 14 à 15 fois plus grande que le Groenland.

Mais cette carte ne garde pas les bonnes formes des continents au contraire de la carte de Mercator.

Néanmoins, ce type de cartographie permet de mettre en avant les pays dits du Sud contrairement à celle de Mercator qui promeut une certaine hégémonie des pays de l’hémisphère Nord en fournissant de fausses informations géographiques : l’Amérique du Sud qui semble beaucoup plus petite que le Groenland alors qu’elle est en réalité 7 à 8 fois plus grande ou encore l’Afrique qui apparaît comme étant deux fois plus petite que la Russie alors qu’elle le dépasse par près de deux fois en superficie.

La projection de Peters est donc souvent utilisée en géographie pour étudier les pays du Tiers-Monde et permet d’éviter la vision parfois jugée trop colonialiste de la projection de Mercator.

 

  • vidéo 5 : la projection Mercator et celle de Peters.