le-nom-de-la-rose-1

 

Le Nom de la Rose, film (1986)

 

L'univers religieux de l'Occident chrétien médiéval, à travers le film de Jean-Jacques Annaud, Le Nom de la Rose (1986), tiré du roman éponyme de l'Italien Umberto Eco (1980, 1982 pour la traduction en langue française).

 

synopsis

Selon Première : "En l'an 1327, dans une abbaye bénédictine, des moines disparaissent. Un franciscain, Guillaume de Baskerville, aidé du jeune novice Adso von Melk, mène l'enquête. C'est l'époque où l'Église, en pleine crise, se voit disputer son pouvoir spirituel et temporel. C'est aussi l'apogée de l'inquisition. Un thriller moyenâgeux très attendu préparé avec soin pendant trois ans, respectant le mieux possible l'époque et qui a coûté la bagatelle de dix-neuf millions de dollars. C'est également un film de Jean-Jacques Annaud toujours passionnément entraîné par ses sujets."

 

 

les personnages du film Le Nom de la Rose 

le-nom-de-la-rose-2
Guillaume de Baskerville, moine franciscain, ancien membre de l'Inquisition

 

vlcsnap-00045
Guillaume

 

Guillaume et le mot codé
Guillaume déchiffrant le parchemin codé

 

Guillaume sauvé du feu
Guillaume, sauvé des flammes de la bibliothèque et serrant quelques livres sauvegardés

 

83370
Adso de Melk, novice confié par son père à Guillaume

 

Adso et la paysanne
Adso découvre la sexualité puis l'amour, avec une jeune paysanne

 

le-nom-de-la-rose_404714_6909
l'abbé, chef des moines bénédictins du monastère

 

le-nom-de-la-rose_404715_5687
Jorge de Burgos, ancien bibliothécaire ; on l'appelle "vénérable" Jorge

 

2110227153_small_1
Malachié, le bibliothécaire

 

Béranger
Béranger, assistant bibliothécaire, "tourmenté par de coupables passions"...

 

Salvatore portail (1)
Salvator et Adso sous le portail de l'église du monastère (Salvatore se compare au diable)

 

Salvatore portail (2)
Salvator et Adso sous le portail de l'église du monastère

 

le-nom-de-la-rose_404716_7700
Bernardo Gui, l'inquisiteur

 

le-nom-de-la-rose
le moine Salvatore, après avoir été toruré ; au procès

 

Remigio capturé
Remigio, capturé par les gardes de l'inquisiteur Bernardo Gui

 

Remigio procès
Remiggo de Varagine, le frère célérier, ancien hérétique

 

 

 

 

les lieux du film Le Nom de la Rose

 

le-nom-de-la-rose-4
le scriptorium

 

le-nom-de-la-rose_500106_18779
une salle de la bibliothèque

 

le-nom-de-la-rose_404718_34066
l'escalier-labyrinthe de la bibliothèque

 

le-nom-de-la-rose-3
la tour bibliothèque du monastère en feu

 

 

le rire : polémique entre les chrétiens, dans Le Nom de la Rose

 

Jorge scriptorium rire
Jorge : "Le rire est un souffle diabolique… qui déforme les linéaments du visage
et fait ressembler l’homme au singe"

 

A monk rirejpg
"un moine ne rit pas. Seul rit le crétin"

 

* à partir de 32'50 dans le film

Jorge – (en latin) Un moine ne rit pas. Car seul rit le crétin.
J’espère que mes paroles ne vous ont pas offensé frère Guillaume. Mais j’ai entendu rire et j’ai rappelé un des principes de notre règle. Certes, vous Franciscains, vous venez d’un ordre ou la gaieté la plus inopportune est vue avec indulgence.

Guillaume – Oui, c’est vrai. Saint François parfois, ne répugnait pas à rire.

Jorge – Le rire est un souffle diabolique… qui déforme les linéaments du visage et fait ressembler l’homme au singe.

Guillaume – Mais le singe ne rit pas. Le rire est le propre de l’homme (1).

Jorge – Comme le péché. Le Christ n’a jamais ri.

Guillaume – En sommes-nous si sûrs ?

Jorge – Rien dans les Écritures n’établit que notre Seigneur ait ri.

Guillaume - Rien dans les Écritures n’établit que notre Seigneur n’ait pas ri. On sait que les saints eux-mêmes usaient de la comédie pour ridiculiser les ennemis de la foi.
Par exemple. Quand les païens mirent Saint Maur dans l’eau bouillante, celui-ci se plaignit que le bain était trop froid ; le sultan y plongea les doigts et s’ébouillanta la main.

Jorge – Un saint, immergé dans un bain bouillant n’a pas de ses puérilités ridicules. Il retient ses cris et souffre pour la vérité.

Guillaume – Pourtant, Aristote a consacré son second tome de la Poétique (2) à la comédie, il en fait un instrument de vérité.

Jorge – Vous avez lu cet ouvrage ?

Guillaume – Non, bien sûr que non. Ce manuscrit a été perdu il y a des siècles.

Jorge – Non, c’est une erreur. Il n’a jamais été écrit. Parce que la Providence ne tolère pas que l’on glorifie des futilités.

Guillaume – Non, là, je ne suis absolument pas…

Jorge – Assez ! Cette abbaye est brisée de souffrances, et vous voulez nous détourner de notre deuil par ce vain persiflage !

Guillaume – Pardonnez-moi, vénérable Jorge, mes propos en effet étaient déplacés.

 

(1) Cette formule est anachronique. Sa première énonciation remonterait à Rabelais (XVIe siècle) dans son "Avis aux lecteurs" précédant Gargantua (1574).

(2) Ce texte d’Aristote, dont l’existence n’est pas attestée, aurait été perdu à la fin de l’Antiquité, et on ne sait rien de certain à son sujet. Des fragments retrouvés ultérieurement y feraient allusion mais ils ne seraient probablement pas de source aristotélicienne. Aristote n'a écrit que sur la tragédie.

 

Poétique Aristote

 

irrévérence
"un âne enseignant les Écritures aux évêques..., il [ce moine] avait un vrai don pour l'irrévérence et
les images de comédie", propos de Guillaume examinant les enluminures d'Adelme d'Otrante

 

 

les morts dans le film Le Nom de la Rose

 

 

victimes

 

 

meurtriers

 

Adelme
enlumineur

 

Venantius
traducteur de grec

 

Béranger
assistant bibliothécaire

 

Séverin
herboriste

 

Malachié
bibliothécaire

 

Jorge
ancien bibliothécaire

 

Salvatore
moine, ancien hérétique

 

Remigio
moine, ancien hérétique

 

Bernardo Gui
inquisiteur

 

 

suicide

 

 

poison du livre

 

 poison du livre et noyade

 

 
assassiné par Malachié

 

 

  poison du livre

 

 
poison du livre et feu
(suicide)

 

brûlé vif

 

 

brûlé vif

 

poussé dans le vide
par les paysans

 

Adelme suicide
Adelme, enlumineur

 

Venantius mort
Venantius, traducteur de grec

 

mort Venantius (2)
Venantius, plongé dans une cuve pour camoufler la cause de son décès

 

Béranger mort
Béranger, l'assistant bibliothécaire

 

Séverin mort
Séverin, l'herboriste

 

Malachié mort
Malachié, bibliothécaire

 

mort de Jorge (1)
Jorge avalant le poison mortel déposé sur le haut des pages cornées

 

mort de Jorge (2)
Jorgé périssant, avec le livre, dans le feu de la bibliothèque qu'il a lui-même provoqué

 

mort de Salvatore bûcher
mort de Salvatore sur le bûcher

 

mort Salvatore
mort de Salvatore sur le bûcher

 

mort de Remigio bûcher
mort de Remigio sur le bûcher, à côté de Salvatore

 

mort Bernardo Gui
mort de l'inquisiteur Bernardo Gui

 

 

 

Stat rosa pristina nomine, nomina nuda tenemus

 

31393381_9417097

 

Stat rosa pristina nomine, nomina nuda tenemus.

La rose demeure virginale par son nom ; nous tenons son nom (l’idée que nous avons d’elle) pour nu (pure). (je ne sais plus d’où vient cette traduction)

 

Bernard de Cluny – article Wikipedia

Bernard de Morlaix ou Bernard de Cluny, moine de Cluny du XIIe siècle, auteur de De contemptu mundi, vivant vers 1140. Il n'est connu que par ses écrits.

Il est aujourd'hui notoire pour sa phrase «Nunc ubi Regulus aut ubi Romulus aut ubi Remus ? / Stat Roma pristina nomine, nomina nuda tenemus» («Où est aujourd'hui Régulus et où est Romulus et où est Remus ? La Rome des origines n'existe plus que par son nom, et nous n'en conservons plus que des noms vides»).

Cette phrase a en effet été reprise par Umberto Eco sous une forme modifiée dans son romanLe Nom de la Rose (1980), avec la fameuse phrase, difficile à comprendre sans le contexte fourni par Bernard de Cluny, Stat rosa pristina nomine, nomina nuda tenemus : «La rose des origines n'existe plus que par son nom, et nous n'en conservons plus que des noms vides», ou encore, «C'est par son nom que demeure la rose d'autrefois, Nous ne conservons que des mots vides». [réf. nécessaire]

 

"océan" – dans un forum

rosa pristina = la rose passée (c'est-à-dire qui n'est plus)
stat = est là (est présente, demeure)
nomine = par (grâce à) (son ou le) nom

- c'est-à-dire : une fois que la chose a disparu, elle (ne) reste (plus) présente (que) par le (ou son) nom

tenemus = nous tenons (nous gardons, nous conservons)
nomina nuda = des noms nus (au sens de dépouillés, sans leur substance, sans leur contenu réel)

- c'est-à-dire : nous (ne) tenons (du réel passé) (que) des noms vides.

Dans le livre, l'hexamètre est à double effet, car le jeune Adso, devenu vieux, n'a même pas su le nom de cette belle jeune fille, au coeur de cette aventure où l'on condamne à mort non seulement le rire, non seulement la femme, mais le nom même de la femme (les livres qui brûlent contiennent, conservent et transmettent des mots, des noms "nus", vides).

Qu'en reste t-il, si l'on ne tient même pas son nom comme on peut le faire de Rome ou de la rose ?

http://www.darchis.be/eric/blog/index.php?2005/06/26/100-stat-rosa-pristina=

 

Guillaume et l'abbé dans la cellule
Guillaume, frère franciscain, accueilli par l'abbé bénédictin, à son arrivée dans le monastère

 

 

résumé du film

En l'an 1327, le moine franciscain Guillaume de Baskerville, accompagné d'un jeune novice, Adso de Melk, arrive dans une abbaye bénédictine, quelque part dans une vallée alpine. Il est amené, grâce à son sens logique, à enquêter sur la mort étrange d'un moine.

Guillaume se heurte au silence des Bénédictins et à leur foi intolérante. Malgré tout, l'enquête avance ; mais un autre moine meurt, assassiné. De son côté, Adso découvre l'amour avec une jeune paysanne.

Guiliaume de Baskerville est persuadé que le secret de l'énigme réside dans le scriptorium, salle où les moines copient les manuscrits, et les livres cachés dans une tour à l'accès jalousement gardé par le moine Bérenger, torturé par le péché de chair. Bérenger est d'ailleurs, après avoir dérobé un livre, retrouvé mort dans un bassin, un doigt et sa langue sont noirs.

Un nouvel obstacle se dresse devant Guillaume avec la venue de Bernardo Gui, prêtre de l'inquisition. Sur son ordre, la jeune fille, Salvatore, le bossu simple d'esprit et son maître, sont arrêtés et condamnés au bûcher après une parodie de procès.

Guillaume est sur le point de dénouer le mystère après sa visite dans la bibliothèque située dans la tour-labyrinthe. L'objet du "Mal" est ce volume, tant convoité, de la Poétique d'Aristote qui défendait le rire... blasphématoire pour les Bénédictins et le vieux moine Jorge de Burgos, qui était allé jusqu'à empoisonner les pages du livre païen.

Dans la tour en flammes Guillaume et Jorge de Burgos s'affrontent. Guillaume parvient à s'échapper du brasier. Les paysans sauvent la jeune fille et renversent la voiture de l'inquisiteur qui périra atrocement.

Au petit matin, Guillaume et Adso reprennent la route. Adso, apercevant la jeune fille, hésite. Il rejoint cependant Guillaume qui veut faire de lui un homme cultivé.


source : cinéma-français.fr

 

24725
la jeune paysanne dont le nom reste inconnu

 

départ Adso
après un dernier regard à la jeune fille, Adso s'en va et rejoint son maître Guillaume

 

 

 

les rapports avec l'histoire réel

 

À cette époque, la papauté était installée en Avignon.

 

 

 

- retour à l'accueil