dimanche 28 octobre 2012

"Les aventures de Télémaque", Fénelon

9782070392582

 

 

Les aventures de Télémaque, Fénelon

un roman pédagogique, un conte philosophique

 

Fenelon
Fénelon (1651-1715)

 

Le roman pour l'éducation d'un prince destiné à succéder à son grand-père Louis XIV, écrit à la fin du XVIIe siècle par Fénelon, nommé archevêque de Cambrai en 1695.

______________________

 

- quatrième de couverture de l'édition Folio (Jacques Le Brun), 1995 :

En un temps où peintres, sculpteurs et musiciens trouvaient leur inspiration dans l'Antiquité païenne autant que dans la Bible, Fénelon, dans Les Aventures de Télémaque, peignait en tableaux enchanteurs ce qu'on appelait la fable, les dieux de la mythologie et les héros homériques.

Loin de contredire le christianisme dévôt et la spiritualité du pur amour de l'archevêque de Cambrai, l'Antiquité était, comme elle avait été chez Poussin et comme elle était chez Couperin, le moyen d'exprimer les inévitables questions sur lesquelles butaient les religions et les théologies : le désir, la culpabilité et la mort, la paternité et la filiation, la fragilité des cultures et la cruauté de l'histoire.

Parce qu'elles étaient leurs questions, des générations de lecteurs, par-delà les modes et les goûts, se sont laissé séduire par cette fable, écrite pour le petit-fils de Louis XIV, à la fois ancienne et moderne, une des rares qu'on ait créées depuis l'Antiquité avec un aussi durable succès.

______________________

 

présentation par Joël Cornette, grand historien, spécialiste de cette période, professeur à l'université Paris VIII :

Joël Cornette photo

 

Les Aventures de Télémaque de Fénelon

Écrit pour l'éducation du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, Télémaque décrit un monde idéal. Qui inspira les philosophes des Lumières.

L'OEUVRE

Écrit entre 1693 et 1696, Les Aventures de Télémaque fils d'Ulysse, suite du IVe livre de l'Odyssée puise son sujet dans l'épopée d'Homère.

Conçue au moment où la guerre de la ligue d'Augsbourg 1688-1697 épuise le royaume, cette «narration fabuleuse» s'inscrit en opposition avec la politique belliqueuse de Louis le Grand : «N'oubliez jamais que les rois ne règnent point pour leur propre gloire mais pour le bien de leurs peuples.» C'est bien Louis XIV, roi de guerre, qui est fustigé : «Ces grands conquérants, qu'on nous dépeint avec tant de gloire, ressemblent à ces fleuves débordés qui paraissent majestueux, mais qui ravagent toutes les fertiles campagnes qu'ils devraient seulement arroser.»

Le roi ne s'y trompa pas : il fut furieux. D'autant que nombre de lecteurs reconnurent en Idoménée, prince arrogant et fastueux, le souverain de Versailles ; en Protésilas, son néfaste ministre Louvois ; en la ville de Tyr, commerçante et prospère, les opulentes Provinces-Unies. Quant à Calypso, déesse coquette et aimante, elle ressemblait à Mme de Montespan...

396px-Francois-Athenais_de_Rochechouart
madame de Montespan,
favorite de Louis XIV à partir de 1667

Fénelon se défendit de ces rapprochements : «Il aurait fallu que j'eusse été non seulement l'homme le plus ingrat, mais encore le plus insensé pour vouloir faire des portraits satiriques et insolents.» En vain.

Le royaume imaginé par le précepteur du duc de Bourgogne lui permet de décrire un monde parfait. La Bétique est peuplée de laboureurs, de pasteurs, d'«ouvriers diligents». C'est une société simple qui dédaigne le luxe, lequel «empoisonne toute une nation» nouvelle critique adressée aux fastes de la cour du Roi-Soleil. Le travail y est créatif, facteur de développement et de progrès humain. Sagement gouvernée par un «roi philosophe» , la Bétique évolue vers une patrie de petits producteurs accédant au bonheur parce que leur intérêt particulier coïncide avec l'intérêt général.

Les philosophes des Lumières verront dans cette description le modèle de la monarchie éclairée qu'ils appellent de leurs voeux. Sans doute, en cette crépusculaire fin de règne, Fénelon n'est pas le seul à proposer du nouveau, mais ce «nouveau» ressemble beaucoup, chez lui, à l'ancien, âge d'or d'une monarchie patriarcale où le roi, père de son peuple, ne serait que l'arbitre bienveillant d'un gouvernement associant les meilleurs, c'est-à-dire les gentilshommes.

Qu'en reste-t-il ?

Nous ne lisons plus guère Les Aventures de Télémaque, nourries d'une culture antique dont nous avons perdu les clés. Nous avons aussi quelque peu oublié le succès inattendu d'une oeuvre que Montesquieu qualifiait de «livre divin de ce siècle».

Dès 1694, des copies manuscrites circulèrent. Puis, après le vol du manuscrit par un valet s'il faut en croire Fénelon, le premier tome fut publié en avril 1699. Six cents exemplaires furent vendus avant la saisie. La suite parut clandestinement.

telemaque1

Ce passage du manuscrit, destiné aux petits-fils du roi, à l'imprimé, et à un public de plus en plus large, fut décisif dans la formation d'une opinion publique. Car les hardiesses politiques de Télémaque pénétraient ainsi un espace de discussion et de réflexion non soumis à l'emprise de l'État. L'éducation prodiguée par Fénelon cessait d'être celle du prince pour devenir celle de tout honnête homme.

Télémaque fut l'un des livres les plus réédités et traduits de la littérature française. Il peut être redécouvert comme la synthèse d'une culture humaniste revivifiée et, à la charnière du XVIIe et du XVIIIe siècles, du classicisme et des Lumières, comme un témoin de la crise de la conscience européenne. Le testament du Grand Siècle.

Fénelon, Télémaque , rééd. Paris, GF-Flammarion, 1968.

Par Joël Cornette

Lire les classiques soumis le 29/05/2002 par Joël Cornette dans L'Histoire n°266 à la page 98 | Gratuit

http://www.histoire.presse.fr/lhistoire/266/les-aventures-de-telemaque-de-fenelon-29-05-2002-7198

 

______________________

 

 

la dynastie des Bourbons

 

bourbon
dynastie simplifiée, notamment quant à la descendance de Louis XIV (cliquer pour agrandir)

 

______________________

 

qui était le duc de Bourgogne ?

- le duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV (1638-1715), fils de Louis, le Grand Dauphin (1661-1711) est né en 1682 et décédé en 1712. Louis XIV a vu mourir son fils et ses petits-fils (à l'exception de Philippe, roi d'Espagne, décédé en 1746, mais qui ne pouvait unir sa couronne à celle de la France). Seul, son arrière-petit-fils lui a succédé.

duc+de+Bourgogne%2C++petit-fils+de+Louis+XIV
le duc de Bourgogne (1682-1712)

 

455px-Hyacinthe_Rigaud_-_Louis_de_France,_duc_de_Bourgogne_(1682-1712)_-_Google_Art_Project
le duc de Bourgogne, par Hyacinthe Rigaud

C'est en avril 1689 que Fénelon fut désigné come précepteur du duc de Bourgogne. Parallèlement, il poursuit son oeuvre théologique et participe à la controverse que l'on a nommé le "Pur Amour", notamment animée par Madame Guyon, fille du surintendant Fouquet en disgrâce et que Fénelon avant rencontrée dès 1688.

Cette dispute religieuse, appelé aussi le "quiétisme", poussa Fénelon à écrire en 1695, l'Explication des Maximes des Saints sur la Vie intérieure.
En août 1697, Fénelon est écarté de la Cour.

madame-guyon
Madame de Guyon

 

 

______________________

 

Les aventures de Télémaque, Fénelon

 

Genèse de l'œuvre et histoire éditoriale

Les Aventures de Télémaque furent publiées en 1699 sans l'accord de l'auteur, et réimprimées en 1717 par les soins de sa famille. L'ouvrage a connu une foule d'éditions, a été traduit dans toutes les langues et a même été mis en vers latins (une première fois à Berlin en 1743, une seconde fois à Paris, par Étienne Viel en 1808).

Ce roman a provoqué la disgrâce de Fénelon à la cour. Ce dernier avait écrit ce roman d'aventures à l'attention des élèves royaux et en particulier du duc de Bourgogne, le fils du dauphin, dont il était le précepteur.

Intrigue

Fénelon raconte les pérégrinations de Télémaque, accompagné de Mentor, avatar de Minerve — prétexte d'un enseignement moral et politique qui fut également vu, à l'époque, comme une satire du règne de Louis XIV, représenté sous les traits d'Idoménée.

Telemachus_and_Mentor

Analyse

Les Aventures de Télémaque sont à la fois une épopée et un traité de morale et de politique. Ce roman de 1699 connaît un grand succès jusqu'à la Première Guerre mondiale. On le voit dans la réécriture d'Aragon : le roman de Fénelon est raillé. Or quand Aragon publie son œuvre (1922), le succès du roman de Fénelon n'est plus ce qu'il était avant-guerre.

Postérité

Marivaux publie une parodie des Voyages de Télémaque, en 1717.

Ce roman occupe une place à part, à la fois symbolique et praxéologique, au cœur de la doctrine pédagogique dite de L'Enseignement Universel de Joseph Jacotot.

En 1922, Louis Aragon publie un récit en sept chapitres également intitulé Les Aventures de Télémaque qui raille le roman de Fénelon.

texte Wikipédia

 

______________________

 

iconographie

 

 

Télémaque icono 1
Minerve quitte la figure de Mentor et se sépare de Télémaque

 

Télémaque icono 2
Télémaque conte ses aventures à Calypso

 

Télémaque icono 3
Protesilas se jette aux pieds d'Hégésippe

 

Télémaque icono 4
Mentor jette Télémaque du haut d'un rocher dans la mer
et s'y précipte après lui

 

Télémaque icono 5
Télémaque demande à Hazaël le liberté de Mentor

 

______________________

Les personnages du Télémaque de Fénelon

 

Calypso

Ulysse

Télémaque

Minerve

Mentor

Sésostris

Termosiris

Narbal

Astarbé

Nausicrate

Jupiter

Eucharis

 Amour

Adoam

Baléazar

Timocrate

Hégésippe<l

Hippias

Charon

Pluton

 

Résumé par livres

Livre 1 : Calypso se sent seule depuis le départ d’Ulysse. Télémaque et Mentor arrivent sur son ile. Elle s’occupe bien de Télémaque, celui-ci se laisse séduire malgré les avertissements de Mentor. Calypso dit qu’Ulysse est mort après l’avoir quittée. Télémaque lui raconte ses aventures dont celle avec Aceste.

Livre 2 : Télémaque raconte à Calypso qu’il a été fait prisonnier par Sésostris, un très bon roi, à cause d’un mauvais sujet de celui-ci. Il est séparé de Mentor. Il rencontre Termosiris qui lui redonne confiance. Sa bonté le fait libérer, il est sur le point de retourner à Ithaque lorsque Sésostris décède. Son fils n’est pas à la hauteur, il déclenche une guerre civile pendant laquelle il meurt. Télémaque dit qu’il en gardera toujours souvenir et se servira de cet exemple pour bien gouverner.

Livre 3 : Calypso admire Télémaque. Celui-ci raconte sa rencontre avec Narbal à Tyr. Cette ville est gouvernée par Pygmalion qui détruit sa grandeur par son avarice. Narbal donne de bons conseils à Télémaque pour bien gouverner un pays. Télémaque ne veut pas mentir et les dieux lui montrent leur appui en lui permettant de fuir Tyr.

Livre 4 : Calypso interrompt Télémaque pour qu’il aille se reposer. Mentor prévient Télémaque contre Calypso : elle ne les laissera plus partir. Calypso, elle, se méfie de la sagesse de Mentor. Télémaque reprend son histoire, il parle de l’ile de Chypre où sous l’influence de Vénus tout n’est que plaisir. Il parle de ses retrouvailles à Mentor et de sa rencontre avec Hasaël.

Livre 5 : Arrivée en Crète où ils font l’éloge des lois de Minos. Histoire d’Idoménée qui a tué son fils. Epreuves pour choisir le nouveau roi. Télémaque refuse d’être celui-ci, il veut revoir Ithaque. Il parle du naufrage et de l’arrivée sur l’ile de Calypso.

Livre 6 : Vénus emmène Amour sur l’ile de Calypso. Cela crée de nombreuses tensions surtout entre Calypso et la nymphe Eucharie. Mentor se sert de la jalousie pour forcer Calypso à vouloir chasser Télémaque. Il réussit à déjouer les plans d’Amour et des nymphes.

Livre 7 : Le commandant du bateau est Adoam, frère de Narbal. Il leur raconte ce qui est arrivé à Pygmalion et comment son fils, Baléazar a dû redorer l’image de la Phénicie. Adoam va les déposer chez eux. Il leur parle de la Bétique qui est peuplée d’hommes sages et vertueux. Télémaque admire les mœurs de ce pays.

Livre 8 : Vénus obtient de Jupiter que Télémaque erre encore avant de retourner en Ithaque mais il ne doit pas mourir. Ils se retrouvent à Salente, nouveau royaume d’Idoménée. Celui-ci lui promet de l’aider à rentrer s’il l’aide dans sa guerre que, suivant l’oracle, il ne peut gagner sans lui.

Livre 9 : Mentor demande à Idoménée les causes de cette guerre. Celle-ci est stupide. Mentor réussit grâce à sa grande sagesse à maintenir la paix. Nestor est parmi les chefs de l’Hespérie, il craint Adraste plus qu’Idoménée. Il veut prévenir ce dernier pour qu’il devienne leur allié plutôt que leur ennemi.

Livre 10 : Mentor envoie Télémaque à la guerre et lui donne de précieux conseils. Lui, il reste aux côtés d’Idoménée afin de modifier la ville et faire la fortune de l’Etat. Idoménée le remercie, il est heureux d’être aimé par son peuple et non pas craint.

Livre 11 : Idoménée avoue avoir été mal conseillé. Il parle de Philoclès dont il s’est séparé alors qu’il était le seul homme honnête et juste. Mentor lui dit de se séparer de Timocrate et Protésilas ce qui est fait et d’aller chercher Philoclès. Mentor fait de Salente un bon royaume pour en faire un parfait exemple pour Télémaque.

Livre 12 : Philoctète avoue à Télémaque qu’il a ressenti pendant longtemps de la haine envers Ulysse qu’il croyait responsable de ses maux. A présent, il admire sa vertu et s’en repent.

Livre 13 : Télémaque se comporte d’abord comme un enfant gâté. Il se querelle avec Phalante et Hippias. Le camp est attaqué par Adraste. Télémaque devient un autre homme, il remporte une petite victoire en repoussant ses ennemis mais il est surtout admiré pour sa générosité envers Hippias, décédé, et son frère Phalante, blessé mais bien vivant.

Livre 14 : Adraste attend le bon moment pour lancer une nouvelle attaque. Télémaque, suite à des rêves lui montrant Ulysse mort, se rend aux Enfers. Pluton le laisse les parcourir pour voir si son père y est. Il voit le malheur des rois. Aux Champs-Elysées, il rencontre son arrière-grand-père, Arcésius, qui lui montre le bonheur de ceux qui ont bien gouverné. Ulysse n’est pas mort. Télémaque ressort vivant des Enfers.

Livre 15 : Télémaque évite aux alliés de prendre de mauvaises décisions ce qui augmente sa réputation. La guerre éclate, il y a beaucoup de morts et de blessés des deux côtés dont Pisistrate, fils de Nestor. Télémaque réussit à arrêter Adraste et lui laisse la vie sauve mais celui-ci l’attaque et Télémaque le tue. Les Dauniens sont heureux d’être libérés de ce tyran.

Livre 16 : Télémaque rend les derniers hommages à Pisistrate. Il refuse les louanges qui pourraient le corrompre. Il ne veut pas être le nouveau roi des Dauniens. Arrivée de Diomède, roi malheureux qui a combattu pour les Grecs contre Troie, qui demande l’hospitalité. Télémaque offre une terre à Diomède et choisit Polydamas, un homme sage et vertueux, pour gouverner les Dauniens.

Livre 17 : Télémaque revient de la guerre. Salente a beaucoup changé. Mentor lui fait à nouveau des leçons pour bien gouverner Télémaque lui avoue aimer Antiope, fille d’Idoménée, amour que Mentor approuve. Il est temps de partir pour Ithaque mais Idoménée fait tout pour retenir ses amis. Télémaque a du mal à l’affronter. Le départ est très pénible et triste.

Livre 18 : Mentor fait encore la leçon à Télémaque sur son caractère. Rencontre avec Cléomène qui est en fait Ulysse. Avant de rentrer chez lui, Minerve se découvre à Télémaque et lui donne ses derniers conseils. Télémaque retourne chez son père chez Eumée.

source

 

______________________

 

Les guerres de Louis XIV

 

1667-1668 : guerre de Dévolution – contre l’Espagne, le roi de France réclame la succession pour son épouse la reine Marie-Thérèse d’Espagne, sœur du roi Philippe IV qui vient de mourir. Conflit victorieux (douze places fortes dans les Flandres et la ville de Lille).

1672-1678 : guerre de Hollande - concurrence maritime ; griefs politiques contre la république calviniste des Pays-Bas ; affront personnel contre Louis XIV par l’ambassadeur hollandais. Premières victoires françaises mais la guerre devient européenne et la victoire finale française coûteuse et prouvant la difficulté de Louis XIV à vaincre  une petite république de marchands.

  • En 1694, Fénelon identifie le dérèglement de la monarchie à la guerre de Hollande : «jusqu’à cette guerre de Hollande […] la source de toutes les autres […] et de tous les maux que la France souffre».

1688-1697 : guerre de la ligue d’Augsbourg – coalition contre la France comprenant l’Autriche, la Hollande, la Franconie, la Suède, la Saxe, la Bavière, la Souabe puis l’Angleterre. L’affrontement, continental, maritime, colonial, fut épuisant. Finalement, le conflit se termina par une neutralisation des protagonistes

1701-1713 – guerre de succession d’Espagne -  quand le roi d’Espagne meurt, la succession revient au fils de Louis XIV, Philipe d’Anjou devenu Philippe V. Ce renversement de l’équilibre européen inquiète toute l’Europe qui forma une coalition avec l’Angleterre, la Hollande, l’Empire et les princes allemands. La France subit des revers Finalement, le 24 juillet 1712, Villars remporta une victoire décisive. Et des traités suivirent.

______________________

 

détail à propos d'une citation de l'introduction

 

  • Michel Renard

    Manu, J'ai une question à te poser, toi qui es forte en maths et en philo... J'ai toujours eu un léger blocage devant certains doubles négations...

    "Épictète écrit : "Il est utile de prévoir ce qui dépend de nous. Il est moins utile d'ignorer ce qui ne dépend pas de nos soins, et ce que les dieux veulent faire de nous."

    La phrase doit être bancale... Moi, je comprends : "il n'est PAS moins utile d'ignorer..." Non...?

  • Emmanuelle Curatolo

    Salut Michel !

    En ce qui concerne ta citation, elle me paraît très claire, peut-être parce que je connais assez bien les Stoïciens. En fait il n'y a pas de double négation. Chez les Stoïciens, il faut distinguer ce qui dépend de nous de ce qui ne dépend pas de nous. Marc Aurèle est le plus intelligible pour cette façon de voir les choses. S'il faut faire cette distinction, c'est dans le cadre d'une réflexion sur la liberté :
    • choses qui dépendent de nous -> nous pouvons les changer
    • choses qui ne dépendent pas de nous -> nous ne pouvons pas les changer
    Si bien qu'il faut concentrer notre action sur les choses que nous pouvons changer. Se concentrer sur les autres choses est une perte de temps et nous pourrit l'existence. Et donc, pour accéder au bien-être, il faut arrêter d'essayer d'agir contre ce qui est guidé par le destin (ici les dieux) mais agir en conformité avec notre liberté.

    Je ne crois pas qu'il faille réécrire cette citation, mais simplement la comprendre comme ça.

    Voilà, j'espère t'avoir aidé.

  • Michel Renard

    Merci de ta réponse.
    je suis d'accord avec cette interprétation du stoïcisme. Mais la phrase que j'ai trouvée dans l'introduction des "Aventures de Télémaque" rédigée par Jeanne-Lydie Goré (Sorbonne) dans les années 1980 au moins... me semble défective.

    Depuis, j'ai cherché dans le texte de Fénelon lui-même (dans cette édition, il s'agit du livre VIII, p. 287, classiques Garnier, 1987-1994), et la phrase est bien :
    "Il est utile de prévoir ce qui dépend de nous pour le bien faire ; mais il N'est PAS moins utile d'ignorer ce qui ne dépend pas de nos soins, et ce que les dieux veulent faire de nous."

    J'ai vérifié aussi dans des éditions anciennes (mais c'est au chapitre IX). La phrase comporte bien : "pas moins utile..."
    http://books.google.fr/books?id=dbA8AAAAcAAJ&pg=PA622&lpg=PA622&dq=Il+est+utile+de+pr%C3%A9voir+ce+qui+d%C3%A9pend+de+nous.+Il+est+moins+utile+d%27ignorer+ce+qui+ne+d%C3%A9pend+pas+de+nos+soins,+et+ce+que+les+dieux+veulent+faire+de+nous.%22&source=bl&ots=L_Q6lAW9nX&sig=tS6pgFMKiGQidOtkVG830CKzc8k&hl=fr&sa=X&ei=VMCPUKP-FeWf0QXQqoCwDQ&ved=0CCUQ6AEwAQ#v=onepage&q=Il%20est%20utile%20de%20pr%C3%A9voir%20ce%20qui%20d%C3%A9pend%20de%20nous.%20Il%20est%20moins%20utile%20d%27ignorer%20ce%20qui%20ne%20d%C3%A9pend%20pas%20de%20nos%20soins%2C%20et%20ce%20que%20les%20dieux%20veulent%20faire%20de%20nous.%22&f=false

    Oeuvres choisies de Fénelon
    books.google.fr
     
  • Emmanuelle Curatolo

    C'est toujours dans le cadre de l'action libre :
    "Il est utile de prévoir ce qui dépend de nous pour le bien faire" = se concentrer sur ce que nous pouvons changer afin de le changer.
    "Il n'est pas moins utile d'ignorer etc." = il est encore plus utile d'ignorer ce qui ne dépend pas de nous afin de ne pas connaître l'échec de vouloir changer quelque chose que nous ne pouvons pas changer.

    La connaissance en vue d'une action libre se fait en renforçant notre connaissance de ce qui dépend de nous, et en même temps en repoussant ce qui ne dépend pas de nous. Privés de ce qui nous plombe et nous empêche d'agir, mais forts de la connaissance de ce que nous pouvons changer, nous élargissons le champ de notre liberté.

    La difficulté chez les Stoïciens c'est de prendre en compte la distinction entre la fatalité et le déterminisme. Nous n'agissons pas contre la fatalité (c'est impossible), en revanche, ce qui dépend de la sphère du déterminisme contient notre action libre : nous pouvons modifier une chaîne causale.

  • Michel Renard

    Merci. Je suis d'accord avec toi... d'autant que je m'étais quelque peu plongé parmi les stoïciens quand j'ai préparé d'anciens élèves au Bac, l'année dernière...
    Mais l'introductrice a commis une faute de syntaxe qui rendait sa phrase confuse...
    Fénelon n'a pas commis cette faute... Comme quoi, même parmi les savants de la Sorbonne, la culture grecque classique s'altère... à moins qu'il ne faille incriminer la personne qu'elle a payée pour lui saisir son texte... ^^

  • Emmanuelle Curatolo

    Les deux options sont envisageables (faute de l'introductrice et faute de saisie).
    Malheureusement, ça ne touche pas que la culture grecque. Il y a peu j'ai eu une conversation avec le préfacier d'un livre de sciences cognitives qui confondait deux concepts, et cette confusion était gravissime. Pourtant, dans la bibliographie il y avait bien le livre qui est à l'origine de la distinction conceptuelle...

  • Michel Renard

    Bon... mais si nous sommes capables de saisir ce genre de bévues, c'est que tout n'est pas perdu. Le savoir devra peut-être se réfugier dans de nouveaux monastères, comme la foi des protestants s'est confiée au "Désert" à la fin du XVIIe siècle... :)

  • Emmanuelle Curatolo

    Joli projet.

 

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


samedi 27 octobre 2012

photos du lycée Claude Lebois à Saint-Chamond

photo_lyc_e_Saint_Chamond

 

 

photos du lycée Claude Lebois

à Saint-Chamond

 

sommaire

 

- Hommes et femmes (1)

- salle des professeurs

- entrée principale du lycée

- plaque du souvenir des "morts pour la France" (1914-1918)

- le cabinet d'Histoire-Géographie

- Festiclaude du 12 juin 2008

- journée portes ouvertes : 15 mars 2008

- photos du lycée 30 mai 2007

- le C.D.I. (juin 2009)

 

ext_rieur__1_
mercredi 17 juin 2009

 

adresse : 8, boulevard Alamagny - 42403 Saint-Chamond cedex - tél. 04 77 22 096 37

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 20 octobre 2012

Émile Alamagny

buste Alamagny 5 nov 2012 (2)

 

Émile Alamagny, industriel

 

Le lycée Claude Lebois - la cité scolaire faudrait-il dire... - est situé au n° 8 du boulevard Alamagny. Le nom de ce personnage évoque le passé industriel de la ville au XIXe siècle.

"Émile Alamagny compte parmi les grandes figures de l'industrie locale. Associé à Benoît Oriol [père] en 1854 pour fonder à Saint-Chamond une entreprise de grande envergure destinée à la fabrication de différents types de tresses, fils et lacets, il connut le succès et consacra une partie de sa fortune à l'achat de terres..." (Henri Gerest, Ainsi coule le sang de la terre... Les hommes et la terre en Forez, XVIIIe-XXe siècle, Publications de l'université de Saint-Étienne, 2005, p. 138).

 

buste Alamagny 5 nov 2012
buste sculpté sur la tombe d'Émile Alamagny au cimetière de Saint-Chamond (photo MR, 5 nov 2012)

 

buste Oriol 5 nov 2012
buste sculpté de Benoît Oriol, cimetière de Saint-Chamond (photo MR, 5 nov 2012)

 

caveau Alamagny 5 nov 2012
caveau familial Alamagny au cimetière de Saint-Chamond (photo MR, 5 nov 2012)

 

caveau Alamagny intérieur
intérieur du caveau Alamagny (photo MR, 5 nov 2012)

 

- pour l'instant, je n'ai pas trouvé les dates de naissance et de décès d'Émile Alamagny, l'industriel du XIXe siècle. La plaque visible dans le caveau porte le nom d'Aimé Antoine Émile Alamagny avec les dates 1868-1957. Peut-être s'agit-il de son fils ? Aucune autre mention ni date ne figurent sur cet édifice ni sur la sculpture.
Mais nous allons chercher... L'archiviste de Saint-Chamond, Samuel Bouteille et moi-même, nous allons finir par trouver. Probablement lui avant moi d'ailleurs...

Michel Renard
professeur d'histoire
5 novembre 2012

 

Effectivement, Samuel Bouteille a rapidement trouvé la généalogie d'Émile Alamagny...! De mon côté, j'assemblais des renseignements lacunaires qui mêlaient en fait, sous le même prénom, le père (né en 1822) et le fils (né en 1868).

Ce jour, 6 novembre 2012, le responsable des archives municipales m'envoie une courte biographie rédigée par son prédécesseur et parue dans un bulletin municipal :

- "Émile Alamagny (1822-1876). Émile Alamagny naquit le 16 juillet 1822 en Saône-et-Loire. Ses parents vinrent s'implanter à Saint-Chamond en 1827 pour y exercer le métier de fabricant de boulons.
Sa brillante intelligence lui permit d'obtenir une bourse municipale afin de continuer ses études jusqu'en 1837 au collège communal. Il travailla ensuite avec son père puis dans l'industrie du lacet, alors prospère à Saint-Chamond. Après avoir espéré entrer dans le grand commerce, c'est en 1864 [1], par son association avec M. Benoît Oriol père, mécanicien et fabricant de lacets, que commence sa vie d'homme public.
Cette association fructueuse donnera une vive impulsion à une grande manufacture (aujourd'hui disparue) à l'orient de la place Notre-Dame.
Marié le 20 octobre 1864 avec Mme veuve Delermoy, fille de Benoît Oriol, Émile Alamagny mènera une vie laborieuse et charitable.
1866-1874 : membre du Conseil municipal.
1866 : directeur de la Caisse d'Épargne.
1867 : Grande médaille d'or à l'Exposition universelle.
1870 : médaille d'honneur de la société de protection des apprentis et des enfants employés dans les manufactures.
Il sera également membre de la société archéologique de la Diana, co-fondateur de l'école de commerce de Lyon, Officier d'Académie...
Au jour de son décès survenu le 6 mai 1876 [2], beaucoup de Saint-Chamonais se souviendront de ses largesses pour la ville.
Les manufactures Oriol et Alamagny participeront, en 1898, à la création des Manufactures Réunies des Tresses et lacets.
Son buste dans la salle du conseil et le boulevard gardent pour les Saint-Chamonais d'aujourd'hui et de demain la flamme vive de ce grand coeur et de ce remarquable industriel disparu."

[1] Je pense qu'il s'agit d'une erreur. La date du début des activités industrielles est 1854. Voir, entre autres, Elinor Accampo, Industrialization Family Life, and Class Relations. Saint-Chamond, 1815-1914, The University of California Press, 1989, p. 78 et 155.
[2] L'acte de décès est du 6 mai, mais la mort remonte au vendredi 5 mai à 16 heures.

Biographie_Alamagny

 

L'archiviste de Saint-Chamond m'adresse également la copie de l'acte de naissance d'Émile (Émilland) Alamagny et celui de son décès.

An_Emiliand_Alamagny

 

- transcription (défective)...) de l'acte de naissance d'Émile Alamagny (1822)

Du seize juillet an mil huit cent vingt deux, heure de deux du soir.
Acte de naissance de Alamagny du sexe masculin né à Saint-Gengoux [-le-Royal, en Saône-et-Loire] le seize du mois de juillet, heure de onze (?) du matin, fils de Émilliand Alamagny, profession de cloutier (?), demeurant à Saint-Gengoux et de Pierrette Moreau, auquel enfant a été donné le prénom de Émilland.
1er témoin, Claude Alamagny, profession de tonnelier, demeurant à Saint-Gengoux, âgé de cinquante-cinq ans ;
2me témoin, Étienne (?) (nom ?), profession de (?), demeurant à Saint-Gengoux, âgé de vingt-huit ans.
Le présent acte dressé sur la réquisition à nous faite par Émilland Alamagny qui a dit être père du nouveau né.

 

- acte de décès d'Émile Alamagny (1822-1876)

acte_de_ce_s_Alamagny_1876

 

Émile (Émilland) Alamagny est donc mort le vendredi 5 mai 1876 à 16 heures, en son domicile, place Notre-Dame à Saint-Chamond. Il était âgé de 53 ans et 9 mois. Il était l'époux d'Antoinette, dite Antonine, Oriol. Les déclarants qui se sont présentés en mairie le lendemain étaient : Benoît Oriol (1840-1926), beau-frère d'Émile Alamagny puisqu'il avait épousé la soeur de ce dernier ; et Eugène Édouard Flaxland, 57 ans, habitant Paris et ami d'Émile Alamagny. (Merci à Samuel Bouteille, archiviste à Saint-Chamond pour les précisions sur la famille Oriol, qui m'a aussi transmis la notice ci-dessous).

 

- notice biographique sur Benoît Oriol (1840-1926)

Biographie_Benoi_t_Oriol

- on corrigera la faute dans l'avant-dernier paragraphe : pour perpétuer (et non "perpétrer").

Michel Renard
professeur d'histoire
6 novembre 2012

___________________________________

 

- images des industries Oriol et Alamagny à Saint-Chamond, tirées du livre de l'historienne américaine, Elinor Accampo, Industrialization Family Life, and Class Relations. Saint-Chamond, 1815-1914, The University of California Press, 1989 (cahier images entre les pages 92 et 93).
Disponible aussi en ligne :
http://publishing.cdlib.org/ucpressebooks/view?docId=ft8f59p261;chunk.id=0;doc.view=print

 

ft8f59p261_00004
usines Oriol et Alamagny, place Notre-Dame, vers 1885

ft8f59p261_00005
usines Oriol et Alamagny, sur le Gier et rue Vignette, vers 1885

ft8f59p261_00006
usines Oriol et Alamagny, métiers à tresser, vers 1885

ft8f59p261_00007
usines Oriol et Alamagny, vers 1885
la légende de cette photo est la suivante : Warping, skeining, and bobbin-winding

À ma demande, Elinor Accampo a précisé le sens de ces termes techniques : chaîne (pour tissage - la chaîne et la trame) : ensemble des fils parallèles disposés dans le sens de longueur d'un tissu. Warping : ourdissage. Skein : écheveau de fil. Ensemblage des fils (échevettes) repliés et réunis par un fil de liage. Bobbin-winding : Le dévidage ; il consiste à enrouler sur des bobines les fils livrés en flottes ou en écheveaux.

 

ft8f59p261_00008
usines Oriol et Alamagny, travail de la soie, vers 1885

 

ft8f59p261_00009
usines Oriol et Alamagny, opérations de pliage, vers 1885

 

- merci à Elinor Accampo, Professor & Director of Undergraduate Studies Department of History University of Southern California, Los Angeles, California.

26311730

 

Michel Renard, professeur d'histoire
au lycée Claude Lebois à Saint-Chamond (Loire, France)

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 10:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 9 octobre 2012

citoyen démocratique de l'Athènes ancienne

arton163-2

 

qu'est-ce qu'être un citoyen de l'Athènes

démocratique ?

 

Diapositive2

 

 

Diapositive1

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 8 octobre 2012

plans d'Athènes

akropolis_by_leo_von_klenze
vue par le peintre romantique allemand Léo Von Klenze (1784-1864)

 

plan d'Athènes

au Ve et IVe siècles av. notre ère

 

 

planathenes

 

 

1011173-Athènes_au_Ve_siècle_avant_J-C

 

athens

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 7 octobre 2012

le temple du Parthénon

grece-athenes-parthenon

 

le Parthénon

 

- notions d'architecture

schema-temple
vocabulaire de l’architecture d’un temps grec - plan type

 

Verticalement, un temple comprend quatre parties distinctes : le podium, la colonne, l'entablement, le toit et le fronton.

Les colonnes peuvent être : à fût monolithe (d'une seule pierre), à fût à tambours (plusieurs tronçons), à fût crénelé.

Une colonne comporte : une base (sauf les colonnes doriques), un fût, un chapiteau.


__________________________

 

le Parthénon reconstitué par le dessin

Parthenon_NW_from_NW_rec
une partie de l'ensemble des édifices de l'Acropole

 

__________________________

 

les illusions d'optique

Les anciens Grecs avaient connaissance des illusions d'optique et maîtrisaient les savoirs mathématiques, géométriques et architecturaux pour édifier un bâtiment donnant l'impression d'être droit alors qu'aucune ligne de sa structure ne l'était...!
Le Parthénon ne comporte aucune ligne droite, aucun angle droit et chaque élément (il y en a des centaines de milliers) est unique et ne peut être interchangeable.

 

parth-antasis

1. Le temple tel que nous le voyons.

2. Le temple tel que nous le verrions s'il était construit avec des lignes droites.

3. Le temple tel qu'il est construit pour que nous ne voyons que des lignes droites.

 

__________________________

 

le temple du Parthénon vers 1870

41246027
Adolphe Braun (1811-1877), Athènes, Le Parthénon, vers 1870

 

__________________________

 

les secrets du Parthénon (doculentaire de Gary Glassman, Arte, 2008)

 

Le documentaire Les secrets du Parthénon.. passionnant...!

- http://www.dailymotion.com/video/xl2t73_les-secrets-du-parthenon-1-2_webcam

- http://www.dailymotion.com/video/xl2sso_les-secrets-du-parthenon-2-2_webcam

 

3453277609242xxl

 

__________________________

 

liens

- voir aussi : http://profshistoirelcl.canalblog.com/archives/2008/10/04/10831032.html

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 17:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

mercredi 3 octobre 2012

"Bel Ami", roman et film

maupassant-bel-ami

 

 

Littérature et société

Bel Ami, roman de Guy de Maupassant (1885)

et film de Philippe Triboit (2005)

 

Pourour mes élèves de 2e7 ("Littérature et société", 2012-2013)... un sublimissime dialogue du film Bel Ami, qui ne ne figure pas dans le roman de Maupassant, mais qui révèle avec une force inouïe le cynisme des rapports sociaux et la dépendance des sentiments et des relations entre les êtres à leurs égards...
(entre 1 mn 30 et 4 mn 32) :
http://www.youtube.com/watch?v=YxwtHigS0Fk

Bel Ami, roman de Guy de Maupassant (1885) et film de Philippe Triboit (2005).
 

32863767


Dialogues d’une scène du film qui ne figure pas dans le roman (après le duel dont Bel Ami sort blessé... dans le film) :

- Bel Ami : …et tous les faux-culs, derrière, qui m’encourageaient. Ah, ils doivent bien rigoler maintenant.
Quand je pense que je me suis sacrifié pour eux, Clotilde… J’ai risqué ma vie et c’est eux qui ramassent. Je crois que je préfère encore le désert.
- Clotilde de Marelle : C’est ça, maintenant que tu as fait le plus difficile, tu veux fuir comme un lâche… Tu es devenu un héros, tu as investi et tires-en les bénéfices.
- Bel Ami : Les bénéfices ? J’croirais les entendre, tiens ! … Il doit bien y avoir autre chose. Une vie plus simple. J’ai commencé ici, je peux recommencer ailleurs Clotilde… Divorce et pars avec moi. J’ai fait un papier sur une colonie de Français au Mexique, j’ai gardé des contacts là-bas …
- Clotilde : …mais tu dis n’importe quoi… Mais qu’est-ce que j’irais faire au Mexique ?
- Bel Ami : Là ou ailleurs, peu importe. Le monde est vaste. Du moment que je suis avec toi… regarde-moi…Est-ce que tu divorcerais pour moi ?
- Clotilde :  …mais là n’est pas la question. Pour l’instant, tu vois tout en noir, mais ça va se passer.
- Bel Ami : Je ne parle pas de cela. Est-ce que tu divorcerais pour moi ? Pour porter mon nom, arrêter de me voir ici comme une voleuse, on a rien volé, pourquoi faudrait se cacher ? Et puis, je pourrais élever Laurine, tu sais…
- Clotilde : ... hein, hein… en donnant des cours de cheval ?
-
Bel Ami : Et alors, il n’y a pas de honte !
- Clotilde : Mais non.. mais…
- Bel Ami : Ce matin, tu es venue dans la prairie parce que j’allais mourir… alors est-ce que tu vivrais avec moi ? [Clotilde détourne la tête] REGARDE-MOI !
- Clotilde : Avec ma fille, tu es ce que j’ai de plus cher au monde…
- Bel Ami : Alors, divorce et épouse-moi.
- Clotilde:: C’est ridicule… mais on va parler de cela maintenant ? T’es en vie, on est là tous les deux, c’est ça qui est important .
- Bel Ami : Clotilde !
 

Bel Ami tu veux vraiment que je te répondre
Clotilde de Marelle, maîtresse de Bel Ami


- Clotilde : Mais tu veux vraiment que je te réponde ?
- Bel Ami : [ne dit rien mais son visage attend une réponse]
- Clotilde :  J’te mentirai jamais… C’est ma façon à moi de t’aimer… Alors NON ! Je ne divorcerai pas… J’ai un nom, un rang, un mari, une fortune qui nous a bien aidé, je te le rappelle…, une vie agréable, une fille à élever… Tu critiques notre monde parce que t’en fais pas encore partie… hum, hum… Mais attends un peu quand t’auras pris leurs habitudes… Moi j’y suis née, j’my suis mariée, c’est dans ce monde-là que je t’aime, à ma manière… Bel Ami… il y a tant de rage en toi, et j’aime tellement le plaisir…
- Bel Ami :  Et comment tu peux m’parler de plaisir… C’est ma condition que tu me reproches !
 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 2 octobre 2012

symbolisme républicain à Saint-Chamond

19464985

 

Parcours républicain à Saint-Chamond

 

En 1889, la municipalité de Saint-Martin-en-Coailleux fit ériger une statue commémorant le centenaire de la Révolution française, place de la Valette. Les quatre faces du socle comportent des inscriptions. Quelle en est la signification ?

 

18036015

 

- réponse : Reprise d’une devise apparue, parmi d’autres, sous la Révolution française (Robespierre en décembre 1790), mentionnée ensuite dans la constitution républicaine de 1848 et finalement adoptée par la IIIe République par le décret n° 88 du 25 septembre 1870, qui reprend mot pour mot la décision de 1848, à propos du sceau de l'État.

 

18036077

 

- réponse : L’interprétation est plus aléatoire. On peut formuler l’hypothèse qu’il s’agit de l’incident des coiffes. En effet, «à la séance du 5 mai, le roi s’étant couvert, et la noblesse après lui, le Tiers voulut en faire autant ; mais le roi, pour l’empêcher de prendre ainsi l’égalité avec la noblesse, aima mieux se découvrir», prétextant la chaleur (Michelet, Histoire de la Révolution française). Ou alors, on évoque les jours qui ont suivi au cours desquels le Tiers refusa la vérification par ordres : révolution juridique et politique qui conduisit à l’Assemblée nationale.

 

18036107

- réponse : Les jours qui précèdent le 14 juillet inquiètent la population parisienne : rumeurs de complot aristocratique, renvoi du ministre Necker le 11 juillet dénoncé par Camille Desmoulins comme le «tocsin d’une Saint-Barthélemy des patriotes». Rassemblement des Gardes suisses favorables au roi La foule trouve des armes aux Invalides mais cherche de la poudre qu’elle sait entreposée à la Bastille. Après plusieurs délégations auprès du gouverneur de la Bastille, celle-ci se rend et les émeutiers s’emparent de la poudre et des balles au soir du 14 juillet.

 

18036145

 

- réponse : Deux dates : 4 août 1789 et 4 août 1889. La première fait référence à la célèbre «nuit du 4 août» où furent abolis les privilèges des différents ordres et les droits seigneuriaux. L’insurrection paysanne (la «Grande Peur» de juillet) multipliait les révoltes dans les campagnes qui inquiétèrent l’Assemblée. Dans le vocabulaire de l’époque, on proclama : «l’Assemblée nationale détruit entièrement le régime féodal». Des siècles d’Ancien Régime vacillaient.
Le 4 août 1889 fut le jour d’inauguration du monument par le conseil municipal de Saint-Martin-en-Coailleux.

 

____________________

 

qui est l'auteur de cette statue ?

- le sculpteur porte le nom de Mudry et le fondeur est Louis Gasné.

 

liens

- autres photos de la statue et renseignements sur son auteur, Louis Gasné

 

 

- retour à l'accueil

Posté par LCL42Histoire à 00:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]