rembrandt9
Le philosophe en méditation, Rembrandt, 1632

 

 

la philosophie en classe de Terminale

 

 

Diapositive1

 


sommaire

- le grands philosophes en classe de Terminale : Platon, Descartes, Hume, Kant, Nietzsche, Husserl, Sartre...

- clichés, idées reçues et idées fausses à éviter au Bac

- Bac, série L, 2008 : corrigés succincts

- à propos de la différence entre mythologie et philosophie

- les notions et repères du programme de philo en Terminale selon les séries

- le sujet

- conscient et inconscient

- conscience humaine, conscience animale (Feuerbach, 1841)

- Kant : Fondement de la Métaphysique des moeurs (préface) *nouveau*

- Hegel et l'art - Hegel et le Beau, Gérard Bras  *nouveau*

- la redécouverte de Hegel en France au XXe siècle


______________________________________________

 

rembrandt9


 

 

 

 

- explication du tableau de Rembrandt par un professeur de philosophie

Rembrandt s’était spécialisé dans les portraits de ceux qui n’étaient à l’époque que rarement représentés par la peinture, les mendiants, les travailleurs, ceux que les peintres méprisaient volontiers. C’est que son sujet est souvent ailleurs, moins dans le personnage peint que dans la manière de le faire apparaître.

La lumière est pour Rembrandt le sujet central de la peinture, et ce peintre est considéré comme le maître d’une technique, appelée le "clair-obscur" qui a pour but de focaliser l’attention du spectateur, de diriger son regard pour l’amener là où le peintre le veut.

La lumière est une image fréquemment utilisée en philosophie, soit par Platon dans l’allégorie de la caverne, soit par les philosophes du XVIIe siècle, qui étaient pour certains d’entre eux aussi des opticiens (Spinoza en premier lieu, mais aussi Descartes qui étudia les phénomènes lumineux dans un livre appelé La Dioptrique).

Ici, dans ce tableau, Rembrandt met en scène l’image classique du philosophe, et on retrouve tous les éléments classiques de cette figure : l’âge, l’austérité du lieu de vie, le calme, le détachement par rapport aux tâches domestiques (on attise le feu pour lui). Il ne semble pas avoir d’occupation particulière, il n’écrit pas, il médite. Le rôle de la lumière est ici, comme toujours chez Rembrandt, crucial.

La mise en scène place le philosophe dans la lumière quand ses serviteurs sont, eux, malgré le feu, dans l’ombre. Il est impossible ici de ne pas penser à l’allégorie de la caverne telle que Platon la propose dans le livre 7 de son livre La République. Platon y montre que le philosophe est celui qui effectue la démarche de sortir de l’obscurité de l’opinion pour aller vers la lumière de la vérité.

Le philosophe de Rembrandt n’est pas dans une caverne, mais il est dans une pièce assez encaissée, au pied d’un escalier qui représente, justement, la voie ascensionnelle vers la connaissance. Il se trouve dans la lumière, non pas du feu, mais du soleil, qui chez Platon représentait le “Suprême Bien”, idée centrale vers laquelle se dirige le philosophe.

Dans ce tableau, on a donc une image très classique du philosophe comme celui qui éclaire le monde, qui se trouve là où est la lumière de la connaissance, ou du moins tente de s’en approcher.

Jean-Christophe Blondel alias Harry Staut
source

__________________________________________________________


introduction

 

- "Ce qu'est la philosophie, pour ceux qui n'en ont jamais fait" (ce n'est pas l'opinion qui compte en philosophe, c'est la vérité)  **commencer par là**

Philosophie_Descartes_je_pense_donc_je_suis

 

 

 

 

ce que veut dire : penser par soi-même

Héritée des Lumières, inlassablement reprise, cette célèbre injonction mérite éclaircissement. Il est facile de l’entendre d’une manière égoïste, comme s’il fallait ne tenir aucun compte du jugement d’autrui. En ce sens penser par soi-même ne vaudrait guère mieux que s’enfoncer dans sa singularité et se fermer au monde.
Si la formule remonte au XVIIIe siècle, sa nécessité est sans âge. Lorsqu’il s’agit de se prononcer sur le vrai et le faux, le noble et l’indigne, chacun, dès qu’il a quelque expérience, est mis face à des avis différents ou contraires. Aussi le scepticisme croît-il avec les années : à qui se fier, s’il n’est aucun discours, même autorisé, qui n’ait quelque part son opposé ? Reste donc à penser soi-même.
Ce qui signifie d’abord : se défier de nos avis "spontanés". Ce que je pense, ne le dois-je pas à une tradition familiale, à l’habitude, au savoir présumé d’un maître ? Penser soi-même a d’abord un sens négatif ou négateur : ne pas s’en laisser conter, ne pas se laisser souffler nos pensées, ne rien avancer sur l’autorité d’autrui.
Mais pour ne pas ajouter un nouvel avis, sans plus de légitimité que les autres, il faut un second précepte, qui consiste selon Kant à se mettre en pensée à la place de tout autre. Soit accueillir les points de vue des autres nations, des autres siècles, et de là repenser sa pensée. Ici commence l’exercice de la pensée, qui se forme en s’élargissant.
Mais ce pluralisme risque de ramener la diversité à laquelle on voulait échapper. D’où le troisième précepte, penser en accord avec soi-même, rester conséquent.
C’est cette cohérence qui fait que je continue de penser moi-même en adoptant la place des autres ; que je ne renonce pas à comprendre et ne retombe pas dans la crédulité première.
Penser par soi-même n’a de sens qu’accompagné des deux autres préceptes. Ce n’est pas penser seul, mais universellement.

deux philosophes - source

 

 

- qu'est-ce que penser par soi-même ? - philocours.com (Carole Bline)

 

4475740
Le Penseur de Rodin (1880), réplique en marbre noir par C. Walsuani, fondeur
1998 (Saint-Paul-de-Vence, Alpes-Maritimes)



__________________________________________________________

ressources

- 10 cours de philosophie en vidéo (gratuits) sur netprof.fr (aussi repris sur le site de l'académie de Grenoble)

- le site "philosophie" de l'académie de Grenoble (très riche) : notions, auteurs, textes, méthode, repères, dissertations...

logo_guppy_philo


- philocours.com, le site de Carole Bline, professeur de philosophie au lycée Jean Monnet à Joué-les-Tours (37) : des dizaines de cours, commentaires, dissertations, corrigés...

Carole_Bline_prof_philo

 

 

 

 

 

 

- les erreurs à éviter au Bac : à lire en début d'année (excellent mémo)

__________________________________________________________

notions


- liste des notions selon les séries de Terminale

- la conscience : plan et cours, par Michel Pérignon, professeur de philosophie

- la conscience : définitions et synthèse, par 123philosopie.com

- la vérité, par Michel Pérignon, professeur de philosophie

- l'interprétation, par Serge Carfatan, professeur de philosophie - voir son site

- la question de la limitation de la liberté, dialogue avec le philosophe Sylvain Reboul

- autrui, par Carole Bline, professeur de philosophie (cours très développé)



chouette

"Ce n’est qu’à la tombée de la nuit que la chouette de Minerve
prend son envol" (Hegel)
- interprétation

 

- retour à l'accueil